Topsy Turvy’s : « I Expect Nothing And I’m Still Let Down »

1

30 octobre 2015 par Vincent

TopsyTurvysExpect   Depuis la nuit des temps, tous les groupes de rock se demandent quelle est la recette pour faire un bon disque à coup sûr. Eternelle question qu’on avait pris l’habitude de qualifier de « sans réponse ». Mais en fait, la réponse, elle était là, simple, à portée de main. La réponse, elle se trouvait à Poitiers, et c’est le groupe Topsy Turvy’s qui l’a trouvée.
Pour faire un bon disque, il suffit de deux choses : mettre du punk-rock dedans, et la meilleure citation de la série Malcolm dessus. C’est tout.

   Topsy Turvy’s, je les avais laissés il y a deux ans, lors de leur split avec les Hollandais de Sidewalk. C’est ici que je t’y avais ce que j’en pensais, à savoir que ça ne réinventait pas le punk mélodique, mais qu’on pouvait quand même relever la tête quant au versant français de cette scène.
Depuis ce disque, pas grand-chose en vitrine. Un autre split avec Johk, sorti à peu près à la même période, et puis beaucoup de concerts. « I Expect Nothing And I’m Still Let Down » est le premier EP qu’ils sortent depuis deux ans… Et c’est probablement très bien ainsi. La qualité des six titres que ce disque contient me laisse penser qu’ils ont emmagasiné, pendant cette absence discographique, une grosse dose d’XP. Leur retour stéréophonique les fait définitivement passer au niveau supérieur. Là, on ne parle plus d’un groupe « qui fait du bon punk-rock français », avec tous les sous-entendus que ça comporte, mais d’un groupe « qui fait du bon punk-rock ». Si cet EP était sorti sur Fat Wreck Chord ou Epitaph, je pense que personne nulle part n’aurait rien trouvé à y redire.

Dewey

    Six titres, vingt minutes, pas une seule en trop. Sur tous les plans, le groupe a grandi. Déjà, le plus évident, qui frappe direct le tympan : le son est généreux, l’enregistrement laissant dans le passé les mix un peu hasardeux des suscités splits. Ensuite et surtout, les chansons elles-mêmes proposent un truc bien plus élaboré que par le passé. Le côté fun et léger de leur musique est toujours là, mais il s’accompagne désormais d’un sens mélodique penchant sans complexe vers des émotions un peu nostalgiques, particulièrement audibles sur le splendide titre éponyme, « I Expect Nothing And I’m Still Let Down », ou sur « Stick-In-The-Mud ».
Ouais, en fait, c’est ça : le groupe a gagné en émotions. Attention, hein, ils ne sont pas devenus The Saddest Landscape ni rien, ça reste du punk-rock mélodique dans les règles de l’art, mais on sent aux détours de l’EP des envies d’aller plus loin, d’exprimer plus de choses. D’étirer le genre extrêmement balisé auxquels ils appartiennent afin de davantage se rapprocher d’un No Use For A Name des grands jours que d’un Teenage Bottlerocket de n’importe quel jour. Topsy Turvy’s reste un groupe sous influences, mais celles-ci ont elles aussi monté d’un niveau.

   Pourtant, sur le papier, la recette n’a pas changé d’un ingrédient : toujours ce mélange de chants féminins et masculins, toujours ces guitares rapides, ces mélodies adolescentes, cet ensoleillement mélodique qui contredit l’origine géographique du groupe (Poitiers, bon dieu…) et toujours cette vitesse qui ne redescend jamais. Mais sérieusement, il suffit de réécouter une seule fois le précédent split pour se rendre compte d’à quel point le groupe a évolué, en deux ans. C’est beau à voir, un peu. Ils n’ont pas retourné leur veste, n’ont pas changé de cap, et pourtant, ils sont montés en grade de manière évidente. Pour faire une analogie que, j’en suis sûr, vous comprendrez tous, c’est un peu comme quand Songoku est revenu de chez Maître Kaio en maîtrisant le kaioken.
Il est maintenant temps pour Topsy Turvy’s de se transformer en super saiyans, et de sortir un album. Ils sont prêts à le faire, ça crève les oreilles. Tant mieux, parce que je suis prêt à l’écouter.

   Pour choper cet EP, y a un site, ainsi que l’éternelle page Bandcamp, sur laquelle tu pourras écouter l’intégralité du disque et le pré-commander en vinyle, le commander tout court en cd, le prendre avec ou sans un t-shirt… Bref, la liberté t’est laissée, lecteur. Du moment, évidemment, que tu te fais la faveur d’écouter ce que la France produit actuellement de mieux question punk-rock.
Et tant que tu y es, tu peux également t’intéresser aux labels impliqués dans la sortie du projet : KROD Records, Never Trust An Asshole, Smalltones Records et Deux Pieds Deux Dents. Tu connais la formule : support your local scene. Comme moi je suis un peu nul à ça, ça va être à toi de faire le taf, je crois.

Publicités

Une réflexion sur “Topsy Turvy’s : « I Expect Nothing And I’m Still Let Down »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :