Article 100, bitches !

2

8 août 2013 par Vincent

   Hé ouais, mon petit pote, tu viens à l’instant de débuter la lecture de l’article numéro 100 de Survivre la Nuit formule WordPress ! Ca te la coupe, hein ? Et en plus le blog a eu un an y a pas super longtemps, alors ça fait genre quasi d’une pierre deux coups ! Grosse soirée ! Autant te dire qu’ici, c’est l’ultime fête ! Awesome possum, attaque Magicarpe, joie et féerie, kaméhaméha !
Bon, ouais, calmons-nous. Surtout que je te vois déjà, lecteur aficionado des belles oeuvres mathématiques : là, t’es en train de compter combien y a d’articles répertoriés dans la colonne de droite, à côté du nom des rubriques, et tu te dis « Putain, mais il est en plein délire ce con, son article 100 il est déjà passé ! ».
Cher lecteur, laisse-moi te dire que tu es dans le faux : cet article est bien le centième. C’est juste que par le passé, j’ai publié deux trois textes qui étaient trans-rubriques, et qui ont donc été comptabilisés deux fois dans la liste. AH ! On va de surprise en surprise, hein ?

   Bon, pour marquer le coup, tout ça tout ça, j’aurais probablement dû faire un truc spécial. Genre, je sais pas, inviter des guests ou faire un bilan ou quoi. Mais, boooarf, ça me disait pas trop trop. Toutes les idées qui me sont passées dans la tête m’ont parues nulles ou existaient déjà.
Alors finalement, en guise d’article 100, bah tu vas avoir juste droit à quelques faits savamment assénés, censés te donner une vision éclatée mais sévèrement artistique de ma vie quotidienne récente, et à un bon petit coup d’auto-promo, parce que ça faisait longtemps.
En piste. C’est la fête !

2504205-the-last-of-us-joel-ellie

Le jeu vidéo « The Last Of Us » est un chef-d’oeuvre total, et peut-être mon oeuvre favorite de 2013, tous médiums confondus. Un univers post-apo super cohérent et réaliste, des personnages principaux parmi les plus attachants jamais croisés dans un jeu vidéo, et une sensation de danger et de survie parfaitement retranscrite.
– Le film « Pacific Rim » n’arrive pas loin derrière. C’est un film complètement crétin mais jamais con.
– Putain, en fait je trouve rien d’autre à dire sur ma vie…
– Ah si, là je suis au boulot, et « Beautiful Day » de U2 passe en boucle depuis plus d’une heure. Je n’en peux plus.
– Oui, je pourrais me lever et changer ou éteindre, mais j’ai la flemme.
Le weekend dernier j’étais à un mariage et J’AI DANSE.
Le concert d’HORSE the band et Rolo Tomassi n’a finalement pas été apocalyptique, mais il a quand même été excellent. Je te conseille de mater cette interview que les mecs d’HORSE ont donnée quelques jours plus tard à Londres. Elle est assez drôle.
– Récemment j’ai trouvé un lien pour remater l’intégralité de la série « Ma Terminale », une espèce de faux-documentaire qui suit le quotidien d’une classe de lycéens. Ca passait genre au début des années 2000 et ça n’a jamais été édité en DVD. J’en avais un très bon souvenir. Bah en fait, non, c’était de la giga-merde.
– Voilà.
– Voilà.

   C’était le beau bilan, hein ? Putain de vie trépidante, toujours sur la brèche, ce sacré Vincent !
Bon, sinon, j’avais promis de l’auto-promo, je sais que tu l’attends, alors la voici. Parce qu’en vrai, quand même, cette première moitié d’année 2013, ça a aussi un peu tourné autour de la sortie de mon nouveau roman, « Tifenn : 1 – Punk : 0 ». Un roman dont je suis très fier, pour une sortie qui s’est super bien passée. Editeur (Sarbacane) vraiment parfait, mise en place conséquente, et retour critique vraiment positif, ça fait plaiz. J’ai hâte de pouvoir retravailler avec Sarbacane, et plus hâte encore de voir comment mes prochaines histoires seront accueillies par les gens qui ont aimé Tifenn.
D’ailleurs, bon, l’idée c’est pas de faire un plan « T’as pas lu mon livre ? Je sais qui tu es, où tu habites, et tu n’as que deux jours pour réparer ton erreur avant que je débarque chez toi », mais au cas où tu sois passé à côté de la sortie du suscité roman, et que ça t’intéresse de voir ce que j’écris en dehors de ce blog, bah j’ai bien envie de mettre ici la liste complète des critiques qui en ont été faites sur internet.
En plus, ce sera aussi l’occasion d’en remercier publiquement leurs auteurs. Merci à vous tous. Ca m’a touché de savoir que je vous avais touchés.
Parce que putain, publier un livre, en vrai, c’est pas la grosse affaire. Niveau thune, si t’as de la chance tu gagnes de quoi te faire un mois de SMIC, et basta, remballez. Niveau prestige et toutes ces conneries, pareil, ça change rien du tout, t’es toujours exactement le même tocard qu’avant et personne ne te verra différemment parce que t’as écrit un putain de bouquin.
Mais merde, par contre… Ca fait vraiment plaisir de lire les avis de gens que je ne connais pas, de voir que l’histoire que j’ai racontée a réussi à leur faire passer un moment assez bon pour qu’ils aient envie d’en parler. Ouais, c’est juste de l’ego, ce que tu veux. Mais ça fait du bien. Ca donne un peu le sourire.
Je suis fier de ce livre, et je suis fier qu’il ait plu.

   Je conclus donc cet article 100 de la lose avec une longue liste de liens. On se retrouve bientôt pour l’article 101. Et puis, qui sait, si ça se trouve, pour mon article 200, j’aurai une meilleure idée…

tifenn

Les Lectures de Spleen la Jeune : « Je crois que Vincent est parvenu à nous dépeindre un bout de l’univers punk sous le regard naïf et curieux d’une adolescente qui, malgré tout, reste bien dans ses pompes. J’étais ravie de voir que Tifenn n’était pas l’adolescente paumée que l’on retrouve souvent lorsqu’un auteur traite du sujet des adolescents. Elle a les pieds sur terre. Elle boit des bières, fume un peu d’herbe et des cigarettes mais elle n’en reste pas moins consciente de ce qu’elle fait, de ce que la société pense d’elle. Si je devais avoir une adolescente, je voudrais qu’elle soit Tifenn. »

Le Combat Oculaire : « Roman touchant, gavé d’émotion sans tomber dans le mélo (ouais parce que sinon pas la peine d’obtenir une critique ici j’vous le dit tout de suite les gars), on est loin des clichés qui font vibrer les pré-pubères en quête de sexe, drogues et rock’n’roll. Ici beaucoup de vomis, de cuite à la bière, d’odeurs douteuses, enfin bref le côté rassurant et humain de gosses qui n’ont rien à perdre, qui survivent en attendant de trouver quoi foutre de leur vie. »

Modern Life Is Rubbish : « Moi qui redoutais un tableau plein de patchs et de références obscures, je suis agréablement surprise de retrouver, à travers le regard désintéressé de Tifenn, tout ce que je me suis souvent dit en mon for intérieur sans jamais oser le crier très fort, mon index de vieille aigrie menaçant de faire la leçon au relou en t-shirt de Charles Bronson en face de moi. Manquerait peut-être juste un passage sur ces teubés de straight-edge pour parfaire l’analyse. »

Les Livres de Marie : « J’ai eu un coup de cœur pour le personnage principal et narratrice, Tifenn. Adolescente en mal de sensations, elle est à la fois sensible, dynamique, et touchante. Plusieurs facettes de sa personnalité sont évoquées, et peu à peu se dévoile en elle une personne vraiment proche de nous. Elle évolue tout au long du livre, au début au contact de gens nouveaux dont elle a un peu peur, et elle finit par être très ouverte et tournée vers la nouveauté. »

Jeunesocentre : « Ce roman sous forme de journal intime va vous remuer les tripes : cette relation complexe entre un frère et une sœur très différents donne l’occasion à l’auteur d’aborder avec force, et souvent avec beaucoup d’émotion, de nombreuses interrogations existentielles propres à l’adolescence, plongeant le lecteur dans une tension permanente en raison de la mort possible de l’héroïne qui plane et l’impossibilité pour les uns et les autres d’exprimer leurs sentiments… ça vous rappelle quelque chose ? »

La Vie des Livres : « L’auteur n’a pas mis l’accent que sur la maladie. D’ailleurs, on ne sait pas ce qu’elle a (c’est peut-être évident pour certaines personnes mais ce n’est pas clairement dévoilé non plus…), juste que ça la tue à petit feu. Il a fait de Tifenn un personnage très humain qui ne passe pas son temps à s’apitoyer sur son sort. Il lui arrive parfois de se plaindre, d’en avoir marre mais elle sait également profiter des bons moments, souvent avec humour et toujours avec sincérité, ce qui la rend très touchante. »

Rivière de Mots : « Ce roman nous fait vraiment passer par tous les sentiments possibles, nous emmenant dans un panel d’émotions gigantesques…un beau coup de cœur pour moi, parce que vraiment, pour inventer un music-road-trip pareil…il faut du talent ! Vibrant d’humour, de justesse et de poésie refoulée. »

Batifolire : « Carnet de route électronique d’un road-trip pas comme les autres pour un roman d’apprentissage express. Voilà le programme proposé par Vincent Mondiot qui signe une histoire bien ficellée et très bien écrite. Il réussit le périlleux exercice d’incarner une jeune fille de 17 ans avec une justesse impressionnante et nous embarque dans un van avec des gens un peu crado mais terriblement attachants. Après Frangine de Marion Brunet, on redécouvre une autre relation frère-soeur qui s’éloigne des sentiers battus. Alcool, branquignolles et punk’n’roll ! »

Les Lectures de Lily : « Vincent Mondiot a très bien tourné son roman et sa façon d’écrire, brut de décoffrage correspond très bien aux personnages, sa plume est authentique et efficace. »

Les Lectures de Marinette : « Tifenn donne l’impression de ne jamais lâcher prise, ses pensées vont dans tous les sens, elle est très réactive. Et bien que des fois, ce soit un peu compliqué à suivre sa logique, elle nous embarque avec elle. Surtout grâce à son humour, un peu sarcastique sur les bords (j’adore). »

La Récréation Littéraire de Yuka : « En général, quand on parle de tournée, on pense à tous ces chanteurs riches à millions dont les concerts sont sponsorisés et payés d’avance. On ne pense pas à tous ces petits groupes indépendants et autonomes qui essayent par leurs propres moyens de faire découvrir leur musique. On ne pense pas non plus aux solutions d’hébergements, aux bénévoles, car dans ce monde musical si particulier, rien n’est contrôlé par l’argent, ce n’est que la passion des musiciens qui est prise en compte et il est réellement intéressant de voir comment ces petits groupes fonctionnent. »

Une critique vidéo de Sarah ! C’est bizarrement touchant de voir et entendre la personne qui dit du bien de vous…

Quelques Pages Plus Loin : « Les membres de Knife In Knife Out peuvent paraître un peu crade, et forcent assez souvent sur la bouteille (ou plutôt sur la canette!), mais chacun est attachant et ils forment un tout assez spécial, dans lequel Tifenn trouve facilement sa place. Geoffrey tient à Tifenn malgré tout, et sa venue le déstabilise un peu même s’il n’en montre rien. La relation frère-soeur est complexe, et alterne entre engueulade et moment de complicité. »

Le Blog de la Marmite : « Tout sonne juste : répliques, situations, personnages, même si le vocabulaire, plutôt fleuri, surprend au premier abord. On est dans la tête de l’adolescente avec ses émotions à fleur de peau, ses réactions démesurées et son humour caustique. Un roman à la fois réaliste, optimiste et drôle à ne surtout pas manquer. »

Sadel Rennes : « Certes les références musicales (pas forcément Punk, on croise aussi Katy Perry) mais aussi le langage parlé et le vocabulaire fleuri inscrivent le récit dans l’air du temps mais on appréciera surtout la capacité de l’auteur à retranscrire les doutes, les espoirs, les regrets, les émois et les blessures de façon aussi palpable.  »

– Et pour finir, une chronique radio de Carole ! Merci à elle, à toi, aux autres, à tout le monde.

   Note avant de partir : si j’ai oublié des critiques, je m’en excuse vraiment. N’hésitez pas à m’envoyer un message, je me ferai un plaisir de les ajouter à la liste.

Publicités

2 réflexions sur “Article 100, bitches !

  1. Johan dit :

    Bravo bravo !!! Bon anniversaire ! Impeccable ce numéro 100, le ton juste ! Et ça fait une putain de liste de top critiques Mec ! C’est franchement mérité, ton bouquin est retop ! ( parce que je l’ai re-lu ! Attends, je sors juste après ça.)
    Alors encore bravo, félicitations répétées !
    Et a la revoyure …

  2. Donovan dit :

    Critique récente (du 20 août) sur le formidable roman « Tifenn 1 Punk 0 » : http://jeunesse.actualitte.com/critiques/romans/roman-punk-a-chien-tifenn-1-punk-0-815.htm.
    Encore une impression très positive pour cette Eli ( « Infirmière psychiatrique le jour, auteure la nuit »).
    Bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :