année l’ de 2013 mon 2008 top

1

21 janvier 2014 par Vincent

   En 2008, j’ai été au Japon. J’en ai ramené plein de souvenirs et un tas de disques, pas forcément japonais.
Cette même année, également, j’ai commencé avec deux amis, Matthieu et Raphaël, à écrire et publier sur internet une série de fantasy qui s’appelait « Les Chimères de Mirinar », et qui allait, quelques temps plus tard, se faire rebaptiser « Teliam Vore » et devenir mon premier roman publié professionnellement. Ca faisait déjà quelques temps que j’écrivais, mais c’est vraiment ce projet-là qui m’a fait passer au niveau supérieur, question motivation et expérience.
Quoi d’autre ? Hmm, j’étais toujours surveillant, et c’était toujours aussi cool… Du moins au début, parce qu’à la fin de l’année j’avais commencé à bosser dans un autre collège, bien moins paisible, et le boulot s’était mis à me soûler dans les grandes largeurs…
Je me souviens aussi d’un été bizarre, à la fois paisible, entre disques qui tournent en boucle et soleil orange entre les pavillons de banlieue, et crépusculaire, nimbé d’une odeur d’adieux. Je n’ai le souvenir que d’avoir fréquenté une seule personne, cet été-là, et d’avoir passé beaucoup de temps seul, à ne pas prononcer un mot de la journée et à simplement me balader sans but dans les rues de ma ville.
Parce que, ouais, forcément… 2008, c’est aussi l’année où je suis enfin parti de chez mes parents, et où j’ai commencé à vivre, comme tout le monde, au rythme de deux métros quotidiens, d’un loyer à payer, de courses à faire et de problèmes de voisinage à régler. Les débuts de ma vie de « véritable adulte » n’ont d’ailleurs pas été les plus désagréables de celle-ci, à bien y réfléchir…
Et tout au long de cette année personnellement bien remplie, des disques se sont accumulés. Certains que j’ai connu à l’époque, d’autres que j’ai découverts plus tard. Voici en tout cas ceux qui ont survécu à l’outrage du temps.

The_Gaslight_Anthem-The_59_Sound-Frontal

1) The Gaslight Anthem, « The ’59 Sound » : durant l’été 2008, et au moins jusqu’au début de l’année 2009, je n’ai écouté QUE ce disque-là. En boucle, vingt fois par jour. Et alors que nous sommes aujourd’hui au début de l’année 2014, je ne m’en suis toujours pas lassé. Je connais chacune de ses chansons par coeur, je veux toujours me faire tatouer « ’59 rpm » sur le poignet, et putain, putain, qu’est-ce que j’aime ce disque. Je crois que je le possède en genre neuf versions différentes, avec toutes les différentes couleurs de vinyles que j’ai traquées sur eBay. Profondeur textuelle qui donne le vertige, génie mélodique qui renvoie à Bruce Springsteen ou Bob Dylan, et un album sortit comme un quelconque disque de punk-rock avant de se révéler à tous être en vérité une nouvelle pierre angulaire dans l’histoire de la musique américaine. Un disque qui te fait sourire et chialer en même temps, sur chacune de ses chansons. Le dernier vrai « classique » en date à être sorti dans la catégorie rock, selon moi. Je ne m’étends pas plus, tu le connais probablement aussi bien que moi.

2) Feeder, « Silent Cry » : meilleur album de ce groupe qui revient pour la deuxième fois dans ces classements. Des compositions plus vastes et ambitieuses que d’habitude, un album qui semble vouloir nous dire quelque chose, qui oriente subtilement mais fermement le power-rock des Gallois vers quelque chose d’autre. Ce disque, il sonne un peu comme si Muse avait été un groupe de bon goût, en fait.

3) The Action Design, « Never Say » : Emily Whitehurst fait partie de mes « célébrités inconnues » à moi. Tu sais, cette liste de gens que tu adules complètement, dont tu serais prêt à acheter les rognures d’ongle à prix d’or, mais que personne d’autre que toi ne semble vraiment connaître. Bah voilà, elle c’est l’une des miennes. Elle a commencé comme chanteuse dans le groupe de punk-rock Tsunami Bomb, et aujourd’hui elle fait partie du duo pop Survival Guide. Entre les deux projets s’est trouvé ce The Action Design, un groupe à l’existence pile assez longue pour nous avoir laissé cet album unique, « Never Say », qui semble n’exister que pour nous rappeler ce que c’est qu’un putain de tube. Dix titres, dix hits pop-punk, prends une rafale dans ta gueule.


4) Small Towns Burn A Little Slower, « So Begins The Test Of A Man » : le pop-punk on y est, on y reste, avec ce groupe que personne ne connaît, Small Towns Burn A Little Slower, et cet album, « So Begins The Test Of A Man », que je dois être la seule personne au monde à considérer comme l’un des plus grands disques du genre. Mais sérieux, hein, je le mets au niveau du dernier album de Blink-182 ou de celui de Bad Astronaut. Pas sûr que même les ex-membres du groupe lui fassent cet honneur. Ce disque, il a été sorti comme un testament par un groupe qui savait qu’il allait se séparer juste après. Ca se sent dans l’ambiance, ça se lit dans les paroles, entre amertume aux dents serrées et espoir au sourire tremblant. Tout l’album baigne dans une lumière de début de journée et te fait voler à quelques centimètres du sol. Pop-punk introspectif et spirituel ; t’avoueras que rien que la formule justifie l’écoute, non ?

5) A Girl A Gun A Ghost, « Through The Eyes Of Ahab » : acheté complètement au hasard dans un bac à soldes de feu-Virgin, ce disque est peut-être bien mon album favori question metalcore. En même temps, ouais, d’accord, la concurrence n’est pas bien vaillante… En tout cas, ici, ça va à cent à l’heure, ça convoque autant le gras du rock ‘n’ roll et la morgue du punk que la brutalité froide du metal, et l’album est tellement généreux en idées, en ambiances et en simple matière musicale qu’il est aussi facile qu’agréable de s’y perdre.

6) Uplift Spice, « Uplift Spice » : y a un truc qui m’énerve, avec la façon dont les groupes japonais sont traités en France, que ce soit par leurs fans ou leurs détracteurs. Ce truc, c’est la tendance qu’ont les gens à faire de la formule « groupe japonais » un genre à part entière, et ce que ledit groupe joue du rock, de la pop, du rap ou n’importe quoi d’autre. Je ne comprends pas du tout qu’on puisse dire « j’adore la musique japonaise ! », ou « je déteste la musique japonaise ! ». Bref, aucune importance, en vrai. Uplift Spice, c’est un groupe japonais, qui joue son pop-rock à cent à l’heure et tape très fort sur sa batterie. Leurs pochettes sont toujours très très moches, mais leurs chansons donnent à chaque fois envie de sauter dans tous les sens et d’enfin apprendre la guitare, dans le seul but de la fracasser contre un ampli à la fin d’un concert. Ce premier album est pour moi leur meilleur, mais la suite est très bien aussi.

7) Sierra Swan, « Queen of the Valley » : personnage mystérieux que cette Sierra Swan, qui a longtemps traîné dans l’ombre du groupe de neo-metal Cold, a fait un temps partie de The Black Eyed Peas (ce n’est pas une blague), fréquente Billy Corgan et mène pourtant une carrière solo super discrète. Ce disque est d’ailleurs sorti un peu sous le manteau, faisant suite à un premier (et excellent) album, mais ayant été en réalité composé longtemps avant. Des histoires de labels, de droits, de mix perdu ou je ne sais plus quoi d’autre. Toujours est-il que « Queen of the Valley » est une assez imparable collection de hits, entre pop acidulée, claviers inquiétants, rock moqueur et ambiance surannée complètement envoûtante. Encore un must hear que personne n’a écouté… Désolé, ce top 10 ressemble de plus en plus à un classement snobinard, aujourd’hui !


8) Years Around The Sun, « Inva de Siva » : et ça continue… Encore un album que tu ne connais probablement pas. Je suis super désolé, vraiment, je n’essaie pas de me la péter, j’ai juste choisi mes disques favoris… Merde, tant pis. Years Around The Sun, c’est du rock indé assez subtil, qui penche parfois vers la pop mélancolique, parfois vers le rock énergique, y a plein d’effets géniaux sur le son et le chanteur a une voix vraiment particulière, très nasale sans être désagréable. Je t’aurais bien mis un clip mais ils n’en ont jamais fait alors faudra te contenter de ça. Cet album est leur meilleur, rien n’y est à jeter. Tu vas l’écouter, te dire « ouais, bof, rien à foutre », et puis après, pendant deux ou trois jours, tu vas te surprendre à en fredonner les chansons toute la putain de journée.

9) Not To Reason Why, « Would You Hug Fire? » : encore un « mon disque de [insérer ici style musical] favori », le style musical en question étant cette fois le post-rock. Un disque léviathan, qui t’emmène visiter de très étranges paysages au gré de ses nappes instrumentales parfois pesantes comme l’enfer, parfois aériennes comme une épiphanie. Des déserts enneigés, des villes brûlées depuis longtemps, des forêts aux arbres transparents. Ne résiste pas, n’analyse pas, écoute juste.

10) Ben Nichols, « The Last Pale Light In The West » : première et, à ce jour, unique escapade solo du chanteur de Lucero, cet EP est un disque concept autour du roman « Blood Meridian », de Cormac McCarthy. Ceux qui l’ont lu sauront tout de suite que l’ambiance du disque ne sera pas à la rigolade et aux histoires d’amour. Plutôt au sang, au goût de la poussière et à la mort de l’espoir. Folk dépouillée, country macabre, sept titres qui se déroulent lentement et t’emmènent tout au bout de la route, là où il n’y a plus à voir que des tombes en mauvais état et des corbeaux qui attendent patiemment que tu rejoignes les autres sous terre.

   Encore deux tops, et c’en sera fini.
J’ai été très content de faire ça, sérieux ! A demain pour la quasi-fin…

Publicités

Une réflexion sur “année l’ de 2013 mon 2008 top

  1. Marc dit :

    « Ce disque, il sonne un peu comme si Muse avait été un groupe de bon goût, en fait. » Oh mais quel enculé x’D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :