Terrortristographie

   En 2005-2006, j’ai écrit un fanzine qui s’appelait Terrortriste. Pendant sept numéros j’y ai raconté le quotidien de Sarah, une étudiante de vingt ans qui cherchait un sens à sa vie dans la délinquance, l’écriture, le voyage et la musique punk.
Plus ou moins consciemment, j’avais à l’époque crée un flou autour de la véracité du récit, en utilisant les codes en vigueur dans le fanzinat punk. Codes qui veulent qu’on laisse la fiction au placard et qu’on se livre aussi directement et sincèrement que possible.
Au départ, personne ne savait trop qui était l’auteur de ce truc mal photocopié, et l’existence même de Sarah pouvait sembler à peu près crédible. Finalement, c’était sa vie à elle qu’on avait entre les mains, et il n’y avait pas de raisons de croire qu’elle avait été écrite par quelqu’un d’autre qu’elle.

couv

    Lorsque la sombre vérité a finalement éclaté à la face du monde, ça n’a cependant pas été un scandale d’ampleur internationale non plus. En fait, les gens ont continué à plutôt bien aimer. Je n’irais pas jusqu’à dire que Terrortriste a marqué d’une pierre blanche l’histoire du fanzinat français, mais… Hé bien, c’était quand même un projet à part, ce roman en forme de journal intime fictif, et je sais que la plupart de ses lecteurs d’alors ont assez adhéré à l’idée pour aller jusqu’au bout, malgré le caractère de merde que j’avais donné à mon héroïne.
Et de mon côté, hé bien… C’était mon premier vrai gros projet. Je n’avais encore jamais publié de roman, je crois même que je n’en avais encore jamais écrit, j’avais à peine vingt ans, et tout ça était nouveau et excitant. J’ignorais à quel point Terrortriste allait rester un truc à part dans mon parcours.

couvFB

    Mélangeant photos, dessins, textes, chroniques de disques et collages, Terrortriste était un truc protéiforme, qui finalement racontait une histoire relativement simple de la manière la plus compliquée qui soit. C’était une suite d’expérimentations, de tentatives bizarres, de découvertes stylistiques et d’ambitions démesurées pour l’écrivain débutant que j’étais.
Et c’est pour toutes ces raisons que ce fanzine, cette pile de pages mal photocopiées que j’agrafais moi-même dans ma chambre avant de les vendre deux euros à la sortie des concerts, est resté quelque chose d’important dans ma vie.
Et bizarrement, je crois que c’est également devenu un souvenir agréable, représentatif d’une époque précise du punk français, pour certains lecteurs. Encore aujourd’hui, alors que j’ai publié des romans chez des éditeurs distribués nationalement, c’est de ce projet bizarre dont on me reparle le plus fréquemment.

Terror3

    C’est pour toutes ces raisons, ainsi que pour voir ce qu’il est possible d’accomplir sans l’aide envahissante de ces « éditeurs distribués nationalement » que, dix ans plus tard, en août 2016, est sorti Terrortriste – dernière édition.
Un recueil anniversaire de plus de 350 pages, qui réunit l’intégralité de la série (depuis longtemps épuisée) avec une mise en page retravaillée et de nombreux bonus inédits. Une façon d’honorer une dernière fois Sarah, et ce qu’elle m’a permis de découvrir sur moi-même… Et, peut-être, d’offrir à certains parmi vous une histoire dont je reste fier, même dix ans après.

   Afin de respecter l’esprit initial de Terrortriste, ce recueil est bien entendu publié hors de tout cadre légal, et a été conçu de A à Z par mes soins, sans l’intervention d’aucun professionnel de la littérature.
J’espère vraiment qu’il vous plaira. J’ose m’avouer que j’en suis fier.

   Bon anniversaire, Sarah.
Connasse.

Version papier : 21€ + 5€60 de port
Buy Now Button

Version PDF : prix libre
Buy Now Button

Télécharger gratuitement la version PDF

Liste des libraires vendant le recueil

207

423

VI

Couverture
La couverture du recueil, que vous pouvez voir juste au-dessus, a été mise en scène et photographiée avec l’aide de Romain Mazuel. Un immense merci à lui.

%d blogueurs aiment cette page :