La fin de Terrortriste, et du cycle 78370 de ma bibliographie.

7

3 juin 2021 par Vincent Mondiot

Bon, bah voilà, on y est : cinq ans après sa naissance, Terrortriste – Dernière édition est sur le point de mourir. Il ne me reste plus que six pauvres exemplaires au fond d’un placard, et je ne compte pas en réimprimer. Il y aura bien sûr toujours la version pdf (qui est bizarrement téléchargée au moins une fois par jour, je me demande par qui), mais ce qui a été le point de départ de ma vie d’écrivain va s’achever là.
Terrortriste, je ne vous refais pas l’histoire, mais c’était vraiment un gros truc, pour moi, il y a quinze ans de ça. Grâce à ce projet, j’ai appris à écrire, appris à être quelqu’un d’autre le temps d’une narration, appris à me confronter à la critique, appris la mise en page, l’ambition artistique…
Et même sa version de 2016, Dernière édition, c’était encore un apprentissage. J’en ai tiré un tas de leçons, qui me permettent aujourd’hui de pouvoir regarder d’un oeil aussi dubitatif que moqueur mes éditeurs lorsqu’ils me parlent de coûts d’impression. Imprimer moi-même un livre, je l’ai fait. Le graphisme, la numérisation, la commercialisation, le démarchage de librairies, la promotion… Avec Terrortriste, j’ai fait tout ça. Seul. Grâce à ce projet bizarre, je sais qu’aujourd’hui, personne ne peut me faire la leçon ou me tapoter l’épaule d’un air paternaliste.
Terrortriste n’a évidemment jamais été un « succès », il n’était pas fait pour ça, mais il m’a tout de même enseigné des tonnes de trucs, et m’a permis, je crois, d’aborder la suite avec beaucoup plus d’assise et de confiance en moi.

Terrortriste est un projet qui, aujourd’hui, a trop vieilli pour que je veuille encore le rééditer, mais il restera à jamais le début de tout le reste.

Et le début, également, d’un truc dont j’ai rarement parlé ouvertement, mais que je nomme mentalement mon « cycle 78370 ».
Un cycle qui regroupe les livres suivants :
Terrortriste
Tifenn : 1 – Punk : 0
Nightwork
Rattrapage
Les Derniers des branleurs
Cinq livres (plus un sixième, très court, nommé Chant de ruines, qui sortira un jour ou l’autre chez Actes Sud Junior ou sur ce blog, suivant l’intérêt desdits Actes Sud Junior pour ce bref épilogue) qui, secrètement, se passent tous dans la même ville, et dans lesquels les personnages des uns et des autres ne cessent de se croiser le temps d’une scène ou d’une référence cryptique.
Cette ville, c’était Plaisir, dans les Yvelines. 78370. Ma ville d’adolescence. Une ville dans laquelle, l’année dernière, j’ai fait une intervention en tant qu’écrivain, rencontrant les lycéens d’aujourd’hui dans l’établissement qui m’avait accueilli à leur place, il y a vingt ans. Tu entends le bruit de la boucle qui se boucle ?
Mes parents ont quitté Plaisir cet automne, et je n’ai désormais plus aucune raison d’un jour y retourner.

Et le cycle lui-même, comme je le disais, s’est terminé avec Les Derniers des branleurs. Mon plus gros succès éditorial (et de très loin). Un roman qui est l’exact opposé de Terrortriste dans sa réussite commerciale, mais qui partage avec lui énormément de thématiques. Un roman, surtout, qui se termine par les mots : « ils lui ont bien niqué sa mère, à l’adolescence. Il est temps de passer à la suite. »
Ouais. Il est temps de passer à la suite.
De Terrortriste à LDDB, ça y est, je crois que j’en ai bien parlé, de l’adolescence. J’ai donné ma version du sujet, et à chacun d’y trouver quelque chose ou non. Mais je passe à la suite.
Depuis le succès de LDDB, j’ai été contacté par, je sais pas, genre, quinze éditeurs jeunesse ? La plupart, assez clairement, n’avaient même pas lu mes romans avant de m’appeler. Ils voulaient juste choper le nouvel auteur vaguement hype et lui faire faire un LDDB 2.
Bah ils vont être déçus, et vous avec, si c’est ce que vous attendez de mes prochains livres.

LDDB a été fait, Terrortriste aussi, et tout ce qu’il y a eu entre eux également. Mes prochains livres seront d’autres choses. Il y aura bien sûr toujours des ados qui traîneront dans un coin, on ne se refait pas, mais surtout, ouais, on va éviter de « refaire », tout court.
Terrortriste m’a appris plein de trucs. Vraiment.
Et c’est l’une de ses leçons les plus précieuses que je vais désormais appliquer face aux éventuelles demandes à ce que je réitère ce que j’ai déjà écrit, à ce que je devienne simplement un auteur de commandes supplémentaire dans un milieu qui en compte déjà beaucoup trop.
Cette leçon, je la tiens de Sarah, l’héroïne de Terrortriste, comme de Tina, Minh Tuan, Chloé et Gaspard, les héros de LDDB.
Cette leçon, c’est : allez bien vous faire foutre.

L’appliquer à la suite de ma carrière sera le plus bel hommage que je pourrais faire au début de celle-ci.

Terrortriste c’est fini, Plaisir aussi.
Mais l’histoire ne fait quand même que commencer.
Au revoir, Sarah !
Et merci à tous ceux qui sont encore là. On passe à la suite ensemble.

Pour choper l’un des tout derniers exemplaires de Terrortriste,
tu peux m’envoyer un message, et sinon,
il restera toujours le pdf gratuit.

7 réflexions sur “La fin de Terrortriste, et du cycle 78370 de ma bibliographie.

  1. Boulin dit :

    oublie pas quand même d’où tu viens fdp

    ps : fais bibi

  2. Lucille dit :

    Moi j’appelais ça le « Mondiot-verse », c’est tout aussi chouette que « 78370 » je trouve.

  3. kPt3r dit :

    « Vers l’infini et au-delà ! » Buzz Lightyear
    Je vais devoir relire ce « cycle », car je suis passé complètement à côté des caméos. Shame on me.
    Courage à toi, et surtout kiffe au max tout çà !

  4. Romain dit :

    Cela ne nous empêchera d’y retourner dans nos têtes de temps en temps. Plaisir est une « fondation » de nos personne qui coule dans nos veines et nos âmes! Rien ne dit que tu n’éprouveras pas le besoin de nous inviter à nouveau en ces temps et ce lieu que je ne serai définir. Notre époque, notre histoire, une période de « flow » qui nous a construit et à laquelle je ne changerai rien même si l’opportunité m’était donnée.
    LDDB sera mon cadeau d’anniversaire par ma sœur dans 5 jours.
    J’ai hâte de le dévorer et vive la suite!

  5. […] la faveur du récent déménagement de mes parents,j’ai d’ailleurs retrouvé les trop nombreuses et inutiles trading cards que […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :