FVRFVR : « II »

Poster un commentaire

15 mars 2019 par Vincent

   On poursuit notre plongée dans les gouffres des enfers de la ténébreuse musique d’ambiance avec, aujourd’hui, l’album II de FVRFVR, qui fait suite, dans une logique implacable, à l’album I, et qui sera a priori bientôt suivi de l’album III, dont a déjà été dévoilé un titre.

   FVRFVR et la/les personnes qui sont derrière viennent de Californie, les deux disques sont sortis fin 2018, et c’est absolument tout ce que je peux te dire à leur propos.
Ah oui, non, aussi, de nouveau, comme hier avec The IXth Key, j’aime beaucoup l’esthétique des pochettes. Il y a clairement une influence Silent Hill, et c’est évidemment quelque chose qui me parle.
Et, non, je n’ai pas de certitudes concernant la façon de prononcer le nom du projet. J’opte pour ma part pour «furfur », sans complications, mais il pourrait tout autant s’agir de « fiurfiur », de « fourfour », de « feurfeur », ou même de « xylophone ». Enfin, de toute façon, rassurons-nous, c’est quand même pas méga probable qu’on ait souvent dans nos vies à discuter de ces disques à haute voix. FVRFVR a cinquante-huit fans sur Facebook.

   Bref, revenons à la musique et, donc, à Silent Hill. Parce que oui, clairement, ça m’étonnerait que cette licence de jeux vidéo n’ait inspiré FVRFVR que pour les pochettes. Les titres des morceaux présents sur les différents albums, entre The Magical Triangle Is Broken!, An Emergency Meeting of the Order ou Tracking The Demon, semblent raconter une histoire à base d’invocations démoniaques, de sociétés secrètes et de sectes cherchant à créer un ange. Bref, ouais, dans l’imagerie, l’influence Silent Hill est assez explicite.
Et purement musicalement, donc (on y vient), on est ici en réalité à la frontière entre la dungeon synth annoncée et une synthwave davantage classique. Le rythme des mélodies est plus rapide qu’à l’accoutumée, et si les morceaux font une longueur « normale » (on tourne autour des trois/quatre minutes), ils sont généralement assez droit au but, y a pas trop d’intros, de sons d’ambiance pendant deux minutes ou quelque autre bizarrerie attachante dont aime d’habitude à se parer la dungeon synth. Pour te dire, le morceau bonus, Demon Party, a même un beat, et pourrait passer en soirée goth pour un titre « dansant ». En fait, je réalise, on a là un bon truc à écouter pour ceux qui auraient aimé l’album d’Alt 236.
La quasi-intégralité du disque est constituée de claviers aux accents 80’s, avec beaucoup d’arrangements qui solidifient cette idée qu’on est en train d’écouter la B.O. d’un film imaginaire. Un film qui tire bien plus vers l’horreur que vers le médiéval, ce coup-ci. On voit des gens en noir qui, armes à la main, courent dans des ruelles sombres à la poursuite d’un démon en fuite, et normalement, à la lecture de cette phrase, tu t’es dit que ces neuf titres n’étaient définitivement pas un truc qui t’intéressait.
Mais si tu fais partie des quelques damnés à qui ça peut parler, tu devrais trouver ton compte chez FVRFVR, que ce soit sur ce II ou sur le I, qui est très cool aussi, même si certains morceaux sont un peu trop dronants et monocordes à mon goût.

   On termine avec la phrase classique : pour écouter et télécharger tout ça, c’est la page Bandcamp, comme fucking d’hab.

   Juré, le prochain article parlera d’un disque plus accessible !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :