Talisman of the Day #04 : le buste de Gotlib

Poster un commentaire

8 août 2016 par Vincent

20160808_113221

   J’ai eu ce buste de l’auteur de bande-dessinées Marcel Gotlib dans un coffret qui contenait aussi le DVD d’un documentaire sur lui et, surtout, son autobiographie, J’existe, je me suis rencontré. Un chef-d’oeuvre que je vous conseille à tous. Un livre qui parvient à être extrêmement drôle (et c’était pas gagné, vu que ça traite en bonne partie de l’enfance juive de Gotlib durant la Seconde Guerre Mondiale), parfois touchant à en avoir la larme à l’oeil et, surtout, écrit avec un style incroyable, qui tient pour moi des meilleurs de toute l’histoire de l’écriture humoristique française. Hashtag superlatif.

   Si je dis aux gens que mes influences principales, en écriture, sont Stephen King ou Ryu Murakami, ils se contenteront sûrement de hocher la tête sans grand étonnement. Par contre, il me serait beaucoup plus difficile d’expliquer à quelqu’un les raisons pour lesquelles je tiens Marcel Gotlib pour l’un de mes modèles les plus importants, stylistiquement parlant.
J’ai bercé mon adolescence, grâce à l’influence de mon père, avec la lecture de la Rubrique-à-Brac, l’une des plus célèbres bandes-dessinées de Gotlib. Je la lisais et la relisais, en boucle, quand je m’ennuyais ou que j’avais envie de penser à autre chose qu’à ma vie.
Je crois qu’on a tous ça, non ? Des films, des disques ou des livres qu’on ressort et qu’on réexplore encore et encore, même lorsqu’on les connaît déjà par coeur, simplement parce qu’ils nous font du bien et nous offrent la possibilité de nous oublier un peu pendant qu’on plonge en eux. Des doudous, encore une fois.
La Rubrique-à-Brac de Gotlib est l’un des miens.

   Au-delà de son génie comique, depuis longtemps reconnu par le public, Gotlib a un autre talent qui me semble avoir été un peu moins remarqué : son écriture. Un style extrêmement riche, qui maîtrise parfaitement le rythme, la musicalité, qui donne l’impression d’une scansion écrite, et qui offre, au fil de phrases volontairement ampoulées, un vocabulaire rare et poétique.
J’en parlais récemment avec une amie : pour moi, en bande-dessinée, le dessin est plus important que le texte. Pas forcément de beaucoup, et pas forcément toujours, mais globalement je pense ça, oui. Dans la plupart des cas, si l’auteur est bon, on pourrait comprendre le scénario avec les dessins seuls. Rarement avec le texte seul.
Dans le cas de Gotlib, j’ai tort. Ses textes pourraient être séparés de leurs supports graphiques et donner de très honnêtes éditoriaux comiques.
D’ailleurs, les quelques livres non-graphiques qu’il a sortis (l’autobiographie suscitée, mais aussi des recueils d’éditos écrits pour le magazine Fluide Glacial, par exemples) tiennent tous une place de choix dans ma bibliothèque.

   J’ai découvert son oeuvre au collège, très peu de temps avant que je ne commence à secrètement écrire mes toutes premières nouvelles. Et je crois que ça s’est fait, pendant de longues années, sans même que je ne le remarque, mais, oui, le style de Gotlib, sa ponctuation, souvent volontairement, hachée, son vocabulaire coquinement suranné et auto-parodique (son sens de la digression et de la parenthèse, aussi), son goût pour l’exagération absolue, ultime, et puis bien sûr ses phrases tellement interminables que même lui oublie où elles étaient supposées aller, oui, tout ça a en réalité énormément influencé mon propre style, notamment sur ce blog. Ou lorsque j’essaie minablement de glisser une vanne dans l’un de mes romans.
C’est pour ça, probablement, que ce buste se trouve au-dessus de mon ordinateur. Pour que je puisse, grâce à son influence bienfaitrice, « étudier l’oeuvre des grands maîtres et passer de longues nuits à veiller dans la méditation et la prière, malgré le froid de l’hiver, les fatigues, les privations, et noircir des feuilles et des feuilles de papier blanc, sans trêve ni repos ».
Ce qu’il y a de vraiment bien, avec Gotlib, c’est qu’il est toujours sobre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :