Cheap Haircuts : « You Are The Dream Star »

Poster un commentaire

23 mars 2016 par Vincent

Cheap Haircuts You Are The Dream Star   Mickson, contrairement à moi, c’est un mec qui sait ce qui se passe dans le pop-punk. Environ une fois par mois il m’envoie un mail avec ses dernières découvertes, qui sont en général des groupes américains complètement inconnus qui viennent juste de sortir leur première démo qu’encore personne n’a écoutée. Je ne sais pas comment il fait… Mais à bien y réfléchir, c’est peut-être lui plutôt que moi, que tu devrais suivre si le sujet t’intéresse. Pour ce faire, commence par aller là, tiens. Ses picks du mois peuvent t’aider à donner un sens à ta vie.

   Cheap Haircuts, c’est l’un des derniers groupes qu’il m’a conseillés. Ils viennent du Texas et You Are The Dream Star est leur premier album après quelques splits et EP. Dont, d’ailleurs, un split avec Worst Party Ever, dont je t’ai parlé il y a quelques jours. Tout se recoupe, Scully !
Tiens, d’ailleurs, vous avez regardé la nouvelle saison des X-Files ?
Non non non, stop, plus de digressions, on a dit !

   Cheap Haircuts, donc, c’est du pop-punk assez folk, qui tend souvent plus vers l’acoustique que vers l’électrique, et qui évoque avec sa musique une fin d’été, quelques jours avant que toute une bande de potes se sépare pour que chacun aille dans une fac différente à l’autre bout du pays. Et histoire de pas chialer et de pas comprendre trop clairement qu’en vrai, les uns ne vont plus jamais faire partie du quotidien des autres, bah ils se sont réunis dans le jardin de l’un d’eux et ils ont joué de la musique ensemble. Des chansons nostalgiques mais pas déprimantes, des derniers sourires musicaux partagés tous ensemble.
Ce n’est pas parfait, c’est plein de maladresses, mais c’est sincère et poignant comme une vieille photo de tes amis de lycée que tu retrouves dix ans plus tard au fond d’un tiroir. C’est The Get Up Kids en 2016, c’est Saves The Day lo-fi, c’est ce que tu veux, mais c’est touchant, en tout cas.

   Sur leur page Bandcamp, le groupe a écrit un texte pour présenter l’album. J’ai un peu la flemme de te le traduire, alors il va falloir faire semblant de comprendre l’anglais :

« What are the events that define your life? To this question most people would probably respond reflexively with big-ticket items like breakups, graduations, marriage, etc., but how much do those things really shape your outlook, the way you interact with the world? There is, perhaps, a case to be made that far more influential to your life are small things; trivial, familiar things. The way sleep feels better when you’re blowing something off. The way you always burn your popcorn because you get distracted and leave it in the microwave too long. The way you’ve been obstinately refusing to update your phone software because you’re annoyed by the little pop-up messages trying to impose their will on you. These things, perhaps, are much more “you” than how you present yourself on important days; days you know to be important; “you’ll remember this day for the rest of your life” days.

This is an album for ordinary days. For days you while away performing slight variations on the same tasks. For days you spend in their entireties looking forward to something else. This album was written by four guys who got together sporadically over a summer to play Mario Party, watch “Cheers,” and jam. There were no great, theatrical events experienced during its creation, yet this album is very earnestly ours. In these songs there exists a reverie, a memory of a summer spent goofing off with friends; we can’t wait to hear the memories you make while listening to it. So listen. Listen in class when the teacher isn’t looking. Listen in your car with the windows down. Listen during all the ordinary days that comprise your extraordinary life so that one day, years from now, you might hear one of these songs by chance and smile the way you do when you return to a familiar place. (–Travis) »

   J’aime bien cette présentation du disque. Elle dégage une humilité et une modestie assez touchantes, elles aussi. C’est difficile, en tant qu’artiste, de parvenir à accepter que ce qu’on crée n’est pas destiné à être une oeuvre immortelle susceptible de marquer l’humanité dans son ensemble, mais simplement à être un bon moment discret pour quelques personnes ici et là. Et pourtant, je crois que c’est essentiel pour bien vivre son art, pour être heureux. De mon côté, je suis encore en conflit avec moi-même sur ce point, concernant les livres que j’écris. C’est sûrement pour ça que le texte de Cheap Haircuts m’a plu à ce point. Limite plus que l’album lui-même, en fait.

   Tu peux lire et écouter tout ça sur la suscitée page Bandcamp, où l’album est également en téléchargement gratuit. C’est pas la pire bande-son possible pour ce début de printemps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :