Vérité : « Echo EP »

Poster un commentaire

19 avril 2015 par Vincent

VÉRITÉ-Echo-EP-2014-1200x1200   Dans quelques jours je pars à New York (je ne te dis pas exactement quand pour pas qu’internet vienne cambrioler mon appart). Aussi, pour me préparer psychologiquement, j’écoute de la pop indé. Parce que c’est comme ça, j’y peux rien : New York, c’est la ville des jeunes hipsters blancs, beaux et riches. Donc la ville de la pop indé. Que ça te plaise ou non, c’est ainsi, je ne peux pas faire autrement sans mentir. Et justement, la fille dont on va parler aujourd’hui a pour nom d’artiste Vérité. Elle est belle, elle est blanche, elle habite New York et si elle n’est pas riche elle ne devrait pas trop tarder à le devenir.

   Cet EP quatre titres, que tous les Pitchfork du monde se sont accordés à trouver génial, est le premier effort discographique de la dame.
C’est marrant, comme expression, « effort discographique ». Bref.
Quatre titres, oui, seulement. C’est peu. Et pourtant, c’est déjà assez pour qu’elle nous place un rip off éhonté de Lana Del Rey (la chanson « Weekend »), et un autre de Lorde (« Echo »). Visiblement, Vérité a écouté la radio en prenant des notes. T’inquiète copine, bientôt ton banquier va t’aimer.
Quatre titres, déjà deux à virer sur le côté. Reste donc la première et la dernière piste, « Strange Enough » et « Heartbeat ». Ce sont elles qui justifient que je te parle de ce disque qui sinon n’aurait mérité qu’une mort dans un bac à soldes.
Electro-pop lente et un peu sombre, lo-fi au son épique que seul un home studio moderne peut rendre possible, ces deux chansons parviennent à sonner à la fois intimistes et taillées pour le succès. Sans rire, je les imagine parfaitement trouver leur place comme bande-son pour une pub de parfum.
Ouais, je sais, ça ne sonne pas vraiment comme un compliment… Mais sérieusement, elles sont super bien, ces deux chansons. La formule est connue, pourtant : instru electro froide + paroles vagues parlant sûrement de rupture amoureuse + voix chaude forcément parfaitement maîtrisée. Mais ça fonctionne. J’appuie sur repeat et dans ma tête tournent lentement des souvenirs imaginaires de débuts de printemps ensoleillés et brumeux.

   En fait c’est bizarre. Tout chez Vérité devrait m’énerver, de sa musique ultra calibrée sans la moindre prise de risque jusqu’à ce pseudo en français probablement choisi pour branler les hipsters dans le sens de la bite. Et pourtant, bah… J’aime beaucoup cet EP, et je l’écoute en boucle pour me préparer à new-yorker comme un fou. T’inquiète que là-bas je vais l’écouter en buvant du café bio et en mangeant des hot dogs végétariens sans gluten. C’est la bande-son idéale pour ça.
Après, quant à savoir ce qu’il adviendra de ces quatre chansons une fois mon voyage terminé, mystère. Pareil pour la carrière de Vérité. Elle pourrait tomber dans l’oubli définitif dans moins de deux mois ou devenir la nouvelle sensation pop des trois ans à venir. Les deux hypothèses me paraissent aussi probables l’une que l’autre. En attendant, j’écoute, je me crois déjà à New York, c’est le printemps, les arbres refleurissent, il fait chaud, il fait beau, je me sens bien et j’écoute cet EP.

   Pour faire de même, tu peux aller sur sa page Soundcloud, où l’EP est écoutable en intégralité. Moi je te laisse, j’ai un avion à prendre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :