Math the Band : « Stupid and Weird »

Poster un commentaire

14 avril 2015 par Vincent

MtBSaW   Parfois, comme ça, dans la vie, y a des occasions qu’on manque et qui nous reviennent un peu plus tard dans la gueule, puissance dix.
En fait je ne sais pas du tout à quoi je fais référence. A rien d’autre qu’à la façon dont j’ai découvert Math the Band, je crois.
Cet ex-duo désormais groupe originaire de Rhode Island, US of A, j’en ai d’abord entendu parler il y a quelques mois à l’occasion d’une tournée qu’ils ont partagée avec mes héros de HORSE the band. Etant donnée la similitude des noms des deux groupes et celui de ce groupe-ci, j’avais imaginé un peu vite qu’il s’agissait d’un groupe-blague donnant dans le math-rock pour hipsters. Alors j’ai même pas cliqué et j’ai continué mon chemin.
Et puis finalement, ce weekend, lors d’une soirée de désoeuvrement total, par le truchement de je ne sais quelle errance sur la toile (c’est vachement 1998, de dire « la toile »), j’ai décidé un peu gaillardement de rattraper mon retard.
Et là, donc, comme je le disais en introduction de ce paragraphe que j’ai moi-même du mal à comprendre, la baffe. Lourde, douloureuse, qui m’a jeté au sol avec un sourire sur mon visage en sang. Math the Band est un grand groupe et « Stupid and Weird », leur dernier album en date sorti en 2014, est un grand disque.

   Le titre de l’album donne d’ailleurs une très bonne première idée de son contenu. Stupide et bizarre, exactement. Au menu, on a :
– Des voix trafiquées
– Des claviers complètements hors de contrôle
– Des textes hallucinés, non-sensiques et adolescents
– Des expérimentations complètement gratuites qui ne cherchent pas à mener où que ce soit
– Du chant mixte
– Un featuring du chanteur de Wheatus ( !!! )
– Des solos de saxo qui parviennent presque à être l’élément le plus sensé de ce disque de l’enfer
– Une frénésie mélodique qui va coincer les treize titres de l’album dans ton crâne pendant des jours
– L’impression d’écouter un mash up entre la bande-son d’un jeu Nes et les meilleurs titres de l’histoire du pop-punk.

   Bref, t’as compris, Math the Band est devenu mon nouveau groupe favori de l’univers. En plus d’être formé autour du duo le plus sexy de l’histoire du rock.

mattthh
Alors oui, je sais, ils ont aussi des putain de gueules de hipsters et ça ressemble quand même pas mal à Atom and his Package.
Mais, d’une part, les hipsters aussi sont des êtres humains avec des sentiments, et d’autre part, Atom and his Package ne branle plus rien depuis des années et n’a de toute façon jamais été foutu de sortir un seul titre aussi bandant que ce que fait Math the Band. Alors niquez vos mères, ça reste mon nouveau groupe favori et ce sera comme ça jusqu’au prochain (comptez une semaine).

   Pour ce qui est de la place de « Stupid and Weird » dans la discographie du groupe, je serais bien avisé de ne pas trop me prononcer, étant donné que je n’ai découvert le disque que samedi dernier et que ladite discographie est longue comme le bras, le groupe existant depuis 2001 et semblant sortir environ huit albums et trente-neuf EPs par an.
Mais comme je ne suis pas spécialement d’humeur avisée, je vais quand même me prononcer. Je vais même mettre mon jugement en gras, tiens.
Par rapport à ce que j’ai pu entendre de leurs méfaits passés, ce dernier album semble plus expérimental et diversifié que les précédents, s’autorisant des parenthèses de calme (le titre quasi-final, le monumental « Going Back To School Pt. II », étant même à la limite de la ballade emo-pop), des délires instrumentaux sortis de nulle part et des gros hits pour cool kids (« January, 2008 », « BFFU », « Big Deal Human Ear » ou « Hocus Bogus », au hasard), alors que leurs albums précédents étaient a priori un peu plus linéaires et répétitifs.
Mais encore une fois, en vrai j’en sais rien, hein. J’espère que tu sais qu’il ne faut pas trop faire confiance aux médias.
Lol.
Les médias.
Survivre la nuit.
Lol.
Hashtag.
Compte Twitter.
Combien t’as de followers ?
Lol.
Hashtag lol.
Lol.

   Je ne sais plus du tout où j’en étais. Disons que c’était à la fin de ce texte, ok ? Ok.
Math the Band est donc au-delà de la simple bonne surprise. C’est une décharge permanente d’énergie, de mélodies morveuses et d’inventivité musicale. Ca transpire l’université, les soirées alcoolisées, l’espoir, la joie débile et l’amour. C’est à mes oreilles le sommet actuel du pop-punk, la nouveauté et la fraîcheur décomplexée qu’il manquait à un style un peu encroûté et devenu très, trop, sérieux. Un peu la version ultimate frenzy des français de Jean_Hub, tiens.

   Double-cerise sur un gâteau déjà bien chargé : le groupe file une bonne partie de sa discographie en téléchargement gratuit sur sa page Bandcamp, et semble méchamment doué pour sortir des clips géniaux. Par exemple celui de « January, 2008 », le premier titre de l’album et l’un de ses meilleurs. Enjoy, compagnon de route, c’est peut-être ce que tu auras entendu de mieux dans ta vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :