Grimes : « Visions »

Poster un commentaire

8 février 2014 par Vincent

Grimes-Visions   Même quand j’ai tort j’ai raison.
Pourquoi cette première phrase en guise d’introduction à ma critique ? Hé bien honnêtement, je n’en ai pas le moindre souvenir.
En fait, cette phrase, elle a été écrite quatre jours avant celle que tu es présentement en train de lire (et moi d’écrire). Elle date du moment où j’ai juste préparé la mise en forme de cet article dans la partie « brouillons » du blog. Pourquoi me suis-je alors limité à une seule phrase ? Pourquoi celle-ci ? Pourquoi ne me suis-je fourni aucune explication pour me permettre de me souvenir de mon idée d’intro ? Tant de questions auxquelles il est fort probable que cette critique n’apporte…
BORDEL DE MERDE JE ME SOUVIENS DE POURQUOI QUAND J’AI TORT J’AI RAISON ! Et non, ce n’est pas un effet de style, je viens réellement de me souvenir à l’instant de pourquoi j’avais écrit ça.
J’avais écrit ça parce que cet article va traiter d’un album sorti en 2012 et déjà bien connu des hipsters du monde entier et des journalistes du magazine Pitchfork, et dont pourtant je n’ai découvert l’existence que la semaine dernière. Donc, en cela, j’ai tort : je ne m’intéresse pas assez à l’actualité musicale, je ne suis au courant de rien, je reste sur mes acquis, je suis une grosse merde. MAIS, là où j’ai quand même raison, c’est que ce cas d’école illustre à la perfection le bien-fondé de mon histoire de « top 10 annuel décalé » : si j’avais fait mon top 10 de 2012 dès le 1er janvier 2013, je n’aurais pas pu prendre ce disque en compte, par exemple, et ça aurait été fort dommage. Donc ouais, voilà : même quand j’ai tort, j’ai raison.
Ah et oui, au fait : le disque en question, c’est l’album « Visions », de Grimes.
Désolé pour l’intro interminable. Mais bon, en même temps, comme toi t’es pas une grosse merde, j’imagine que tu connais déjà ce disque par coeur.

   Grimes, c’est une Canadienne de vingt-cinq ans qui fait de l’electro et aime bien s’habiller n’importe comment (cette dernière caractéristique étant, je te l’accorde, déjà sous-entendue dans « fait de l’electro »). Comme je te le disais au début de ce fabuleux texte, j’ai découvert son existence il y a à peine quelques jours, au cours d’une nuit chez des amis. Une nuit faite d’ivresse et de confessions gênantes pour tout le monde. D’ailleurs, c’est probablement pour mettre fin à mes incessants délires avinés que l’un desdits amis m’a lancé vers minuit, mine de rien : « tiens, ferme ta gueule et regarde ce clip, tu vas kiffer ».
Ce clip, c’était celui d’« Oblivion », et ouais, j’ai kiffé. Comment faire autrement ?

   Sérieusement, me dis pas que t’as pas kiffé, toi aussi. Sa gueule de lycéenne défoncée aux ecstas, les conditions de tournage nawak, et puis ce mix chelou entre electro froide et pop sucrée… L’alcool aidant, je suis immédiatement tombé amoureux d’elle, et lorsque le lendemain ma gueule de bois m’a enfin laissé rentrer chez moi, j’ai téléchargé acheté l’album direct.
Et, bon, bah, j’ai arrêté d’être amoureux, en fait.
Non pas que le reste du disque soit moins bien que le titre « Oblivion ». Ni meilleur, d’ailleurs. Non, le reste du disque est exactement aussi bien que cette chanson. Et pour cause : les treize chansons de cet album sont parfaitement semblables les unes aux autres.

   Si je me mets un seul titre, n’importe lequel, je trouve ça génial. Mais si je me mets l’album en entier, je sens l’ennui menacer de me tuer d’un coup de mort cérébrale. C’est très bizarre, parce que j’aurais vraiment voulu aimer ce disque et faire de Grimes ma nouvelle artiste favorite. Et pendant le court laps de temps entre ma découvert du clip d’ « Oblivion » et mon téléchargement achat de l’album, ça a été le cas. Mais en fait, je crois que pour le moment, Grimes propose plus une bonne « idée de musique » que vraiment une bonne musique tout court. Je veux dire, son mélange pop-electro, son univers sonore, son image, tout ça tout ça, c’est vraiment très bien. Il ne lui manque au fond que la capacité à sortir des bonnes chansons susceptibles de défoncer le cerveau de ses auditeurs d’une manière un peu différente à chaque fois. Dommage que ce soit un élément un peu important pour passer du stade de la vidéo Youtube à celui d’un album sans images…
J’espère vraiment qu’elle y arrivera. J’ai super envie de retomber amoureux d’elle.

   Si tu veux découvrir un peu plus sa musique, tu peux aller sur son site officiel. T’inquiète pas, mon avis est visiblement très minoritaire, et une bonne partie de la presse musicale mondiale s’était mise d’accord, début 2013, pour faire de « Visions » l’album numéro 1 de leurs tops 10 de 2012.
Les crétins. S’ils lisaient Survivre la Nuit, ils sauraient qu’il faut toujours attendre dix ans avant de prendre une décision aussi importante…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :