Dwich Disaster : « Punkfathers »

Poster un commentaire

23 octobre 2013 par Vincent

Dwich Disaster    Première chose d’importance : j’aime bien la pochette de cet EP. Je ne sais pas pourquoi, elle n’a rien de dingo et a dû prendre en tout et pour tout une après-midi , mais elle me plaît. L’esthétique 60’s US, probablement.
BLRAAAAK, t’as vu, cette critique commence sévèrement.
En fait, Dwich Disaster, le groupe du jour, m’a récemment envoyé un mail pour me dire qu’ils venaient tout juste de sortir leur premier EP et qu’ils avaient grave envie que j’en parle, parce que je suis genre leur critique punk favori et que leur batteur s’est même fait tatouer l’un de mes articles sur le ventre et tout ça. T’imagines bien que dans ces conditions, j’ai pas trop pu dire non.

   Les mecs viennent de Bourges (je suis pourri en géographie ; je ne suis pas sûr de pouvoir placer plus de cinq villes sur une carte de France, et je suis obligé, à chaque putain de fois, de me souvenir que l’Europe de l’Est est à droite de la France, et que donc, l’ouest, c’est à gauche… Tout ça pour dire que j’ai dû vérifier sur Google où se trouvait Bourges ; je suis heureux et honteux à la fois de te dire que c’est plus ou moins dans le Centre de la France).
Là j’ai mis un point et je suis passé à la ligne, même si le paragraphe précédent ne contient en fait qu’une seule information sur Dwich Disaster. Mais ça commençait à être un peu long et confus, et je sais que le lecteur internet n’aime pas ça. Le lecteur tout court non plus, d’ailleurs, je présume. Bref. Je recommence.
Dwich Disaster vient de Bourges et ce « Punkfathers » est leur toute première sortie. Je crois même avoir compris qu’ils n’ont pas encore fait le moindre concert, mais je me trompe peut-être, là-dessus. En tout cas, ils sont débutants. Ce qui rend les six chansons de ce premier EP assez admirables.

   Oh, c’est pas la révolution ni rien, hein, ça va pas être le challenger surprise des tops 2013, mais ça joue comme il faut. Six titres qui vont vite et qui font du bruit, école Rise Against meets Fat Wreck Chords. Les vrais sauront de quoi je parle, les autres n’en auront rien à foutre. Punk-rock à la californienne qui fait le taf. C’est sous influences, clairement, mais quel premier EP ne l’est pas ?
D’ailleurs, en parlant de Rise Against, y a des vraies similarités dans la voix, suffit d’écouter le refrain du titre « You Suck!! » pour s’en convaincre. A part ça, que dire ? Ca roule à blinde, ça n’a pas peur de jouer fort ni de lancer les « whowhohoooo ! » quand il faut… Ca gagnerait peut-être à élaguer un peu au niveau de la structure des chansons, mais y a franchement rien de grave. Non, sérieux, pour un premier EP, c’est un travail super propre.
Et puis c’est comme d’hab : j’ai déjà entendu ça mille fois, mais dans ce style-là, jamais je ne me plaindrai de l’arrivée d’un nouveau combattant dans l’arène.
On se recroise dans un ou deux disques pour voir comment ça a évolué.

   Si tu veux écouter « Punkfathers », tu peux faire ça sur la page Bandcamp du groupe, comme d’hab. Il y est même en téléchargement gratuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :