Touché Amoré : « Is Survived By »

Poster un commentaire

3 octobre 2013 par Vincent

touche-amore-is-survived-by   Deux ans que « Parting The Sea Between Brightness And Me », le précédent album des cinq de Los Angeles, est sorti. Deux ans que je me le réécoute encore et encore, presque chaque jour. Deux ans que je me dis que c’est le disque le plus excitant auquel le hardcore ait donné naissance depuis bien longtemps. Deux ans que les vingt minutes de ce disque ne cessent de résonner dans mon crâne comme des hurlements capables de trouer le ciel.
« Parting The Sea Between Brightness And Me », c’était treize chansons pour vingt minutes. Treize chansons qui condensaient en elles tout ce que le jeune groupe avait emmagasiné de savoir-faire en matière de hardcore, d’une part, mais aussi tout ce qu’ils avaient emmagasiné comme frustration, comme rage, comme désespoir et comme colère contre eux-mêmes et contre le monde. C’était un album urgent, violent, qui donnait des envies de meurtre de masse et de suicide. La lumière n’y était pour ainsi dire jamais présente, et le propos n’y était que d’hurler une dernière fois sa haine à la gueule du monde avant de partir avec un regard vers le ciel et un BANG qui ferait exploser le passé, le présent et le futur dans un même ensemble rouge sang. « Parting The Sea Between Brightness And Me », c’était l’album ultime de la nuit et de la colère, le fils spirituel de Converge ou de la face sombre de Thursday (deux groupes que je ne cite pas au hasard, puisque chacun à leur façon ils ont fait office de « grands frères » pour Touché Amoré). L’aboutissement de tout ce que le punk avait chanté et hurlé question haine et dégoût de soi depuis quelques décennies.

   J’en fait beaucoup, hein ? Ouais, bah cette fois je suis pas le seul. Faut bien comprendre que « Parting The Sea Between Brightness And Me » a mis une claque à à peu près tout le monde, jusqu’aux connards du magazine Rolling Stones américain, qui ont récemment consacré quelques paragraphes à Touché Amoré, exposition médiatique assez improbable pour un groupe du label Deathwish. Les temps changent, si ça se trouve. Lol.
Bref, le chapitre suivant de l’aventure Touché Amoré était attendu. Par moi, par toi peut-être, par tous ceux qui avaient écouté les précédents. Et ce nouveau chapitre, bah il est sorti la semaine dernière, il s’appelle « Is Survived By », et bien qu’il soit moins absolu et définitif que son prédécesseur, il fait figure, je crois, d’excellent signe pour l’avenir du groupe.

   Cette fois, on dépasse les vingt minutes. On atteint même presque la demi-heure, pour seulement douze chansons. Ca fait quasiment figure d’album-fleuve, dans la discographie du groupe. Et pourtant, toujours, aucun remplissage, aucune errance. Ni aucune stagnation, à ma demie surprise.
Parce que oui, forcément, le risque premier était là. La recette de leur succès était claire, définie. Les mecs auraient pu s’encroûter dedans, ressortir un « Parting The Sea Between Brightness And Me » 2, et personne n’aurait rien trouvé à y redire, pas même moi. On n’aurait rien eu à y redire, non, mais au fond de nous, on aurait su ; su que le meilleur du groupe était déjà derrière lui, qu’il n’allait plus désormais s’agir que d’encaisser quelques billets tous les deux ans sans plus jamais créer une réelle attente.
Mais non. Ils ont pris des risques, ont enculé leur zone de confort et ont ouvert, ou plutôt défoncé, quelques portes sur leur passage.

   « Is Survived By » est plus lent et plus mélodique que les précédents albums du groupe. Bon, ça a pas viré ambiant, hein, ça reste du hardcore qui grogne et qui ponce le crâne, mais le groove est plus présent, les refrains se font plus nombreux, et s’il n’y a toujours pas le moindre chant clair à signaler à l’horizon, certains titres y touchent presque (je pense particulièrement au single-né « Anyone / Anything », ou aux choeurs de « Steps »). Et ce qu’il y a derrière tout ça, derrière cette façade qui pourrait laisser entendre que le groupe a voulu draguer les masses, c’est un truc tout simple : c’est l’arrivée dans l’univers du groupe d’un début d’espoir.
Là où toutes leurs chansons passées ne faisaient qu’être des chants du cygne potentiels d’une bande de mecs au bord du suicide collectif, « Is Survived By » réunis des chansons dont les paroles et les mélodies laissent à penser que, peut-être, enfin, « demain » est devenu un concept qui peut ne pas être QUE menaçant. C’est même dit dans le titre de l’album, en fait. Peut-être qu’on va survivre à la nuit, finalement, qui sait ?

   Alors non, cet album n’est clairement pas aussi marquant que celui qui l’a précédé. Mais il est exactement le disque que Touché Amoré devait faire. Un disque différent, qui évolue sans révolution. Un disque qui laisse à penser que ce groupe va durer, évoluer, va nous accompagner dans les années à venir. Va, lentement, à son rythme, redéfinir quelques-uns des termes utilisés pour parler du hardcore et de l’emo.
C’est probablement le moins essentiel des trois albums que Touché Amoré a sortis. Et c’est en même temps le plus important de sa carrière. Suffit pour s’en convaincre d’écouter le titre éponyme, qui clôt l’album avec une décharge d’adrénaline musicale comme on n’en avait pas eues de toute cette année 2013. Une cavalcade lyrique et électrique qui confirme un truc que je sentais venir sans être totalement sûr de moi : Touché Amoré sont les futurs patrons de la scène. Ou même, plutôt, ne faisons pas semblant de croire qu’il y a débat : Touché Amoré sont les nouveaux patrons de la scène.
All hail the king. Le futur est à eux.

   Pour le site officiel du groupe, c’est là. Et pour te donner un avant-goût avec « Just Exist », le titre d’ouverture, bah c’est à la fin de cette critique. C’est à dire maintenant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :