Lights : « Siberia Acoustic »

Poster un commentaire

22 juin 2013 par Vincent

lights-siberia-acoustic-550x519   Lights, je t’en ai déjà pas mal parlé ici, alors on va pas se refaire tout l’historique. Canadienne qui fait de l’électro-rock taillé pour les dancefloors, qui putasse bien comme il faut niveau musical, et qui globalement délivre une musique aussi débile que jouissive.
Je connaissais déjà un peu auparavant, mais je l’ai vraiment découverte en septembre dernier, à l’occasion d’un concert sous un pont à Québec. Y a toutes les explications à cette dernière phrase dans l’article précédemment mis en lien, m’emmerde pas.
Suite à cette redécouverte de Lights, je me suis donc un temps entiché de son album « Siberia », perle de musique commerciale qui m’a pendant quelques semaines, voire quelques mois, procuré un réel réconfort auditif. De temps en temps ça fait du bien, un disque surproduit et un peu honteux.

   Sauf que finalement, bah forcément, ce disque, je l’ai laissé tomber, parce que je me disais, à plus ou moins juste titre, qu’il y avait mieux à écouter que Lights, quand même. Donc, quand j’ai appris qu’elle sortait une version acoustique dudit album, ça m’a vaguement fait hausser un sourcil, mais je vais pas mentir, je suis quand même sagement resté assis et au lieu de choper le disque, je suis allé sur Reddit regarder des photos de gens moches et de chats mignons. Lights, « Siberia », la musique de fluo kids, c’est bon, j’avais fait le tour.

   Et puis y a deux jours, lors d’un moment d’égarement, j’ai finalement cédé et j’ai écouté ce « Siberia Acoustic ».
Et bah putain, faut que je baisse la tête, que je range mes photos de gens moches et de chats mignons, et que je fasse mon mea culpa.

   Attention, je m’apprête pas à dire que ce demi-nouvel album est un chef-d’oeuvre ou quoi. Il ne l’est pas. Onze chansons acoustiques, onze chansons qu’on connaît déjà en version électro-électrique, en plus, c’est pas destiné à être vu comme l’oeuvre du siècle.
Mais putain, qu’est-ce qu’elles sont biens, ces chansons.
Sur le « Siberia » originel, elles avaient la gueule de ce qu’elles étaient : des hymnes pour boîtes de nuit vaguement rock, des trucs pour faire danser les ados qui portent des Converses. Mais ici, dépouillées de leurs artifices, elles révèlent un autre visage, qui ne contredit pas le premier mais le complète : leurs ambiances tristes, leur perfection pop, leur simplicité qui frise la pureté, leurs imageries à la fois glacées et chaudes… « Siberia Acoustic » n’est à aucun moment original, mais est en permanence du baume à foutre sur tes peurs et ta mauvaise humeur. La voix de Lights, ici dénudée, sans vocoder ni arrangements pour la maquiller, se révèle chaleureuse et riche, pile ce qu’il faut pour t’endormir en souriant et te réveiller dans le même état.
   On a déjà entendu ça, partout, mille fois, mais c’est pas le genre de truc dont tu peux te lasser, je crois. Surtout quand c’est aussi bien fait.

   Alors ouais, d’accord, la pochette ressemble à un disque de Ben Harper, les chansons, même acoustiques, restent de la putasserie musicale de haut niveau, et puis Coeur de Pirate qui vient faire un couplet en français c’est l’horreur complète… Mais peu importe. Ce disque a cette qualité rare d’être de la vraie pop-music radiophonique, un truc qui te fait te sentir bien, qui est physiquement agréable à écouter, peu importe tes goûts ou ta culture musicale. C’est juste du sucre dans tes oreilles, mec.

   En plus, cette deuxième vie de « Siberia » complète vachement bien la première, en prouvant que derrière le feu d’artifice électronique se cachaient de vraies bonnes chansons. Mention spéciale à « Suspension » et « Timing Is Everything », qui sur le premier album ne m’avaient pas du tout marqué, et qui ici, dépouillées, font figure de hits complets qui vont te laminer les tripes.
Limite ça aurait dû être un double-album dès le début. Depuis que j’ai écouté l’acoustique, j’arrive plus à envisager l’original sans cet épisode 2. Tu te mets le premier le samedi soir en te bourrant la gueule et en dansant et criant avec tes potes, et puis le dimanche matin, tu te réveilles doucement en regardant le soleil et en te mettant le deuxième album. Ca me paraît être un programme parfait. J’adorerais ne pas bosser le samedi soir pour pouvoir le tester, bordel.

   Je te laisse avec un lien vers son site officiel, et avec un comparatif de la chanson « Timing Is Everything », d’abord en version originale, puis en version acoustique. Souviens-toi : samedi soir, dimanche matin. Tu me diras ce que ça a donné ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :