Split Bison Bisou / Touming Magazine

1

29 mai 2013 par Vincent

Bison Bisou   Bon, ce soir on fait pas trop long, ok ? Il est déjà tard et pour une fois, je suis un peu fatigué. En plus le disque du jour non plus, il n’est pas trop long : il s’agit d’un split vinyle 7″ d’une dizaine de minutes, qui réunit deux chansons des Français de Bison Bisou, et deux des Taïwanais de Touming Magazine.

   C’est bizarre, les splits. J’ai jamais trop aimé ce format, je sais pas bien pourquoi. Déjà, je le comprends moyen.
Enfin, si, sur vinyle, comme c’était originellement le cas ici (parce que j’ai l’impression que le disque est épuisé et désormais uniquement dispo en téléchargement), ok, on pouvait vaguement piger, genre chacun une face, fallait pas gâcher la place, tout ça, ok, pourquoi pas.
Mais déjà, les splits sur CD, c’était un peu plus chelou.
Et maintenant, à l’ère d’internet, les labels qui sortent des splits en mp3 tombent carrément dans le non-sens total. J’imagine que c’est un genre de réflexe conditionné : quand on dirige un label indé, on sort des splits. Pourquoi ? Juste parce que ça s’est toujours fait, point.
La plupart du temps, les groupes qui partagent un split se connaissent à peine, se contentent de faire leurs morceaux dans leur coin sans se concerter, et ne font finalement que participer à une opération promotionnelle basique, même si parée d’atours Do It Yourself.
Je veux dire, sérieux, je kifferais voir deux groupes réellement collaborer sur un disque commun, structuré et pensé comme tel, mais c’est jamais, ou rarement, à ça que ça ressemble, les splits. En général il s’agit simplement de deux EP séparés qu’on a artificiellement accolés histoire de les sortir en un seul objet. Je vois mal l’intérêt.

   Bon, après, là je pars dans ma petite diatribe d’une heure trente du matin, je fais mon bougon, mais je ne cible pas spécialement le split dont il est question ici (je n’en connais absolument pas les coulisses). Ma considération était plus générale. Histoire de respecter mon souhait initial de ne pas être trop long, je crois qu’il serait donc préférable que j’en revienne à Bison Bisou et Touming Magazine.

   Déjà, ce split, il est sorti en 2011. Donc c’est pas de l’actu chaude bouillante, mais en fait il m’a été remis il y a peu par les mecs qui l’ont sorti, ceux du label Crust Caviar. Je dois avouer que jusqu’ici j’étais à peu près totalement passé à côté de ces deux groupes, et c’est plutôt dommage.

   Du côté français, Bison Bisou (qui compte en son sein tout un tas de « ex-quelque chose » de la scène française), balance deux titres nerveux et tendus, dont l’emo est trempé dans un rock sec et mathématique qui m’évoque un peu des groupes comme The Robocop Kraus ou Q And Not U. Ca joue super bien, ça perd pas de temps, le tout est mené avec une fébrilité presque douloureuse. Ca trésaille dans tous les sens pendant les quelques cinq minutes que le groupe occupe. Ca évoque les t-shirts mouillés de sueur, les concerts dans des caves et les retours solitaires en train la nuit.
Egalement, on sent que les mecs ont de l’expérience : leur musique a beau avoir clairement les nerfs à vif, elle est dénuée de naïveté, et j’y trouve même, mais là je tombe peut-être dans le procès d’intention, des accents un peu ironiques, genre « on joue de l’emo, mais t’inquiète, on fait semblant ». Mais même si c’est le cas, bizarrement, ça ne me gêne pas. Ca reste deux excellentes chansons telles qu’elles sont, et ce côté « trop malins pour ça » leur confère même une identité assez personnelle.

Touming Magazine
Côté taïwanais, Touming Magazine c’est pas du tout mauvais non plus, même si ici, faut plutôt penser au Jawbreaker des débuts pour se faire une idée de leur son. Punk mélo tour-à-tour grognard ou ensoleillé, c’est plein de bonnes intentions et de bonnes influences (même si c’est assez mal enregistré).
Par contre, et là on touche à un autre souci récurrent avec les splits : si les deux groupes ne sont pas exactement aussi bons l’un que l’autre, le plus en retrait des deux se fait bouffer. Et c’est ce qui arrive ici à Touming Magazine : leurs deux chansons sont sympas, mais celles de Bison Bisou le sont bien davantage. D’où l’impression d’avoir entre les mains un EP des Français avec en cadeau bonus une face B qu’on n’écoutera que beaucoup plus rarement. Alors que si ça se trouve, un EP solo de Touming Magazine, je l’aurais abordé différemment, avec moins d’attentes précises et moins envie de le comparer à un autre groupe. J’en sais rien.
Mais sérieux, les deux chansons qui occupent leur face sont bien, hein ! C’est juste qu’elles le sont moins que celles de Bison Bisou, quoi, rien d’autre.

   Bref, c’est pas le disque de ma vie ni rien, mais si t’as dix minutes devant toi et que tu sais pas quoi en faire, écouter ce split n’est pas la pire manière de les occuper.
Pour ça, tu peux aller sur la page Bandcamp de Bison Bisou, sur celle de Touming Magazine, ou sur le site du label Crust Caviar.
Au passage, les autres morceaux des groupes concernés sont plutôt cool aussi, hésite pas à visiter un peu leurs pages. Surtout que, je l’ai déjà dit, ce split a quand même deux ans, maintenant…

   Voilà. Ca va, j’ai pas été trop long ?

Publicités

Une réflexion sur “Split Bison Bisou / Touming Magazine

  1. Max dit :

    Pour le coup, c’est pas un split, les Bison Bisou viennent de sortir un nouveau single, c’est comme un split, mais sans l’autre groupe. Visible ici : https://www.youtube.com/watch?v=y22SCH_kuuw

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :