Over The Stars : « Lost Beforehand »

2

13 mai 2013 par Vincent

45091_10   Y a quelques semaines, The Ataris sont passés en concert à Paris, pour la première fois depuis des années. J’y étais.
The Ataris, ça fait maintenant quelque chose comme dix ans que je dis que c’est mon groupe favori. Dix ans que je dissèque les paroles de leur chanteur/guitariste/compositeur/dictateur Kris Roe, dix ans que je connais leur discographie par coeur, dix ans que je les vois évoluer, se transformer.
Dix ans pour que finalement, aujourd’hui, je puisse me l’avouer et dire : The Ataris n’est plus mon groupe favori.

   Personne n’a pris leur place, cependant. Je crois que je n’ai plus de « groupe favori », désormais. Ca me rend un peu triste mais c’est ainsi.
Concernant The Ataris, faut comprendre : ça fait maintenant plus de cinq ans qu’on attend leur nouvel album. Cinq ans que des dates de sortie sont annoncées toutes les deux semaines pour finalement être annulées. Cinq ans que les quelques singles balancés en prévision de l’album sont au mieux « sympas », ce qui n’est pas vraiment l’adjectif qu’on aimerait accoler à son « groupe favori ». Cinq ans que Kris Roe pète régulièrement les plombs, manque clairement d’inspiration et change de musiciens plus souvent que je ne change de caleçons.
Cinq ans de déceptions successives, d’attentes déçues, d’excitation qui s’éteint faute d’être entretenue. The Ataris n’est plus mon groupe favori, le divorce a été prononcé le 17 avril dernier, lors de leur concert parisien.
Pourtant c’était pas un mauvais concert, pas plus que ceux que le groupe a livrés au Groezrock quelques jours plus tard. Mais c’était pas des concerts assez bons non plus. Pas assez bons pour que je dise « ok, j’aime encore ces mecs. Je suis encore excité par l’idée d’écouter leur prochain album. J’ai encore hâte. J’y crois encore ». Non. C’était pas des concerts assez bons pour ça. C’était juste des shows honnêtes livrés par des mecs qui connaissent leurs chansons par coeur à force de les jouer de la même manière tous les soirs depuis vingt ans.
Moi je voulais leur donner une dernière chance. Une dernière chance de me faire retomber amoureux de leur musique. Ils n’ont pas été à la hauteur. Tant pis.
Là, devant mon écran, je me dis qu’en fait, désormais, je me fiche un peu d’un jour écouter le nouvel album de The Ataris. Oh, j’aimerais bien que ça se fasse, hein, ouais, mais si c’est pas le cas, hé bien… Je surmonterai l’épreuve sans trop de souci, je crois. Ce n’est plus mon groupe favori. C’est aussi simple que ça.

   Bon, maintenant, tu dois légitimement te demander pourquoi je fais état de mes atermoiements de fan déçu dans une critique de disque qui, a priori, ne concerne absolument pas The Ataris. Belle et bonne question, ami lecteur, belle et bonne question. A laquelle il n’y a pas de réponse très satisfaisante, je dois l’avouer.
En fait, audit concert de The Ataris, j’ai rencontré « en vrai » un mec qui s’appelle David, et avec qui j’échange de temps en temps des mails vu qu’il lit mon blog et que je lisais le sien lorsqu’il le mettait encore à jour.
C’était cool. J’étais assez soûl et j’ai beaucoup trop parlé d’ « Ender’s Game », mais ouais, c’était cool.
Et David, en fait, il est pote avec des mecs du Nord de la France. Des mecs qui ont un label qui s’appelle Crust Caviar, et qui sortent de temps en temps les disques de groupes qu’ils kiffent. Il m’en a filé quelques-uns de leur part pour que j’en parle ici.
Genre, l’album « Lost Beforehand », des mecs d’Over The Stars.

   Onze titres de pop-punk un peu emo, qui te font rebondir la gueule entre Hot Water Music, Dead Pop Club et les premiers albums de Saves The Day. La voix du chanteur est assez rocailleuse et burnée pour éviter au groupe de sombrer dans un larmoyement souvent inhérent au genre. Ca reste sautillant malgré les mélodies automnales. Dead Pop Club style, je te dis.
Avec en plus une tendance à faire tomber les guitares façon bombardement atomique. Ca dure jamais plus de quelques secondes, au détour d’un refrain ou d’une intro, mais le groupe kiffe faire grésiller les amplis. Ca tombe bien pour moi.
Les chansons restent toutes dans une ambiance similaire, mais l’album est assez court pour que ce soit une qualité plus qu’un défaut. Ca avance vite, et on arrive à la fin du disque avant d’avoir pu faire autre chose que remuer la tête, sourire et taper du pied.
Franchement je connaissais pas du tout le groupe, même pas de nom (a priori ils auraient quand même fait la première partie des Get Up Kids lors de leur venue en France), mais va falloir que je fasse gaffe à eux, désormais. Leur nom s’est ajouté à la liste qui clignote à côté de mon radar. Ils ne sont pas vraiment originaux, pas vraiment meilleurs que plein d’autres, mais ils font le taf de manière chaude et franche, avec le sourire, rajoutant quelques briques bien posées à l’édifice du pop-punk. J’approuve complètement. Surtout qu’en France, on croule quand même pas sous les groupes du genre, alors il est hors de question que je finaude sur Over The Stars.

   Si cet album (premier et seul, pour l’instant, j’ai l’impression) est sorti en 2010, les mecs sont par contre sur le point de sortir un split 7 » avec un autre groupe qui s’appelle Dear Hearts, et que je ne connais pas du tout non plus. Ca sortira sur Crust Caviar aussi, dans vraiment pas longtemps, a priori. J’essaierai de te tenir informé. Mais franchement, c’est tout aussi bien si tu vas directement sur le site du label.
Niveau lien, tu peux d’ailleurs aussi écouter une partie de l’album sur la page Bandcamp de Crust Caviar, histoire de toi-même te faire une idée du truc. Franchement, si tu traînes ici, y a moyen que ça te parle complètement.
Et, qui sait, peut-être que les mecs deviendront même ton nouveau groupe favori ? C’est important d’avoir un groupe favori. Quand t’en n’as plus, tu te sens un peu vide et triste.

Publicités

2 réflexions sur “Over The Stars : « Lost Beforehand »

  1. Louis dit :

    C’est assez marrant on a eu le même parcours ces dernières semaines, je suis allé voir The Ataris à Paris, que j’attendais de voir en concert depuis presque 10ans, ayant écouté au minimum une fois par semaine l’album So Long Astoria depuis sa sortie et ayant toujours été un grand fan de Mr Kris Roe, j’ai pourtant adoré la prestation à Paris, tout autant que le set acoustic et le concert sur la Monster stage au GROEZROCK, le fait de les avoir vus 3 fois en l’espace de 2 semaines après 10ans d’attente m’a comblé à tout jamais !

    Et on m’a également filé le CD de Over The Stars lors du concert de The Ataris, un album vraiment cool que j’ai pris plaisir à écouter !

    • Vincent dit :

      Effectivement marrant/bizarre qu’on ait chopé le même disque au même moment et au même endroit !
      Et pour The Ataris, ça reste forcément un groupe que j’adore, et ça m’a fait plaisir de les voir, les concerts étaient vraiment pas mauvais… Juste, j’espérais un truc qui pourrait me ramener à eux, et ça a pas été le cas. Mais reste que c’était de vrais bons concerts, oui !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :