Cassis Orange : « 2 Covers »

Poster un commentaire

9 février 2013 par Vincent

cover    Y a quelques années je me suis retrouvé à vivre en Caroline du Nord pendant deux mois. C’était cool. J’errais tous les jours sur le campus de l’université de Chapel Hill, je me baladais dans les bois, j’allais à des concerts de rock, je me faisais des amis, j’achetais des disques et des comics. J’avais l’impression de vivre à l’intérieur de la saison 4 de Buffy. Encore aujourd’hui cette époque me manque. Plus que ce lieu, d’ailleurs, je pense. Je n’y suis jamais retourné. Faudrait. Voir si ça me fait quelque chose, si « Chapel Hill » ça a un sens pour moi, ou si ce qui en avait un c’était « Chapel Hill, hiver 2006 ».

   Parmi les gens que j’ai rencontrés là-bas, il y a eu Matt, Autumn et Tres. Deux mecs et une fille, qui formaient à l’époque un tout jeune groupe répondant au nom génial de We Are Ex-Lovers. En une seule soirée ce sont devenus mes amis, et l’un de mes groupes favoris. Un groupe qui n’a jamais sorti un seul disque, et dont seuls deux titres ont, à ma connaissance, eu le droit à un enregistrement studio. Ces deux titres, ce sont « Casio Song » et « Stay Your Sending Hand« . Prépare-toi à chialer en cliquant dessus, je te parle là de chansons qui font partie de mon top 20 ever.
C’est bon, tu t’es remis ?
Cette pop-rock à clavier, ce son sucré, cette nostalgie douloureuse et ce sourire dépité… Putain, j’ai envie de créer un label pour sortir leur disque, de tourner un film pour qu’ils en fasse la bande-son, de me tatouer leur nom. Ce groupe aurait dû devenir un monument de pop indé. Mais il n’est jamais rien devenu.

   Parce que peu de temps après, Matt, le bassiste, est parti vivre en Suisse. Ca n’a pas tout de suite marqué la fin de We Are Ex-Lovers, puisque les tres amigos se sont retrouvés à Bâle le temps de deux concerts, auxquels j’ai assisté. Putain de moment d’émotion, deux ans après notre rencontre, de revoir ces gens et de réentendre leur musique. Je ne m’étais pas rendu compte d’à quel point elle m’avait manqué. J’ai filmé deux souvenirs de ces moments. La qualité du son n’est pas géniale, celle de l’image encore moins, mais faudra faire avec.
L’année suivante, j’ai encore revu Autumn, à nouveau dans un pays qui n’était ni le sien ni le mien. Le Japon, cette fois. Autre lieu, autres émotions bizarres, une époque de ma vie qui n’a que cinq ans et qui me paraît déjà avoir appartenu à un autre que moi. « Tout fini toujours par vous manquer« , comme disait le frère Caulfied.
A ce moment-là ça y était, We Are Ex-Lovers n’existait plus vraiment ailleurs que dans les souvenirs des quelques chanceux qui, comme moi, avaient croisé leur chemin. Tres, Autumn et Matt vivaient loin les uns des autres, chacun avec de nouveaux projets, un nouveau quotidien.

   Mais, de retour en Caroline du Nord après avoir un peu vécu au Japon, Autumn, elle, a continué sur sa lancée. Elle a gardé son clavier et sa voix en sucre, et elle a crée un groupe solo qui s’appelle Cassis Orange, et qui reprend globalement les choses là où We Are Ex-Lovers les avait laissées, le côté rock en moins.
Pop blindée d’effets, vague de nostalgie à tous les accords, chant venu tout droit des étoiles, vision de la Caroline du Nord en automne, de ses forêts qui virent à l’orange et qui brûlent les souvenirs dans un brasier glacé. Une musique qui te donne le sourire, puis l’envie de te rouler en boule dans ton lit pour chialer sur le passé, le présent, l’avenir, sur la nuit qui finit toujours par tomber et les émotions par te quitter.

   Cassis Orange, Autumn, a d’abord sorti un EP quatre titres en 2010, puis un split vinyle avec le groupe Nieces And Nephews, désormais absolument introuvable, et enfin, il y a quelques jours, deux reprises qui traînaient dans les tiroirs. Une du « Some Guys Have All The Luck » de Rod Stewart, et une du « Postcards From Paradise » de Flesh For Lulu.
Les deux chansons sont reprises à la sauce Cassis Orange, baignant dans ce voile crépusculaire et acidulé, dans ce désespoir discret qui bousille les coeurs tendres à dix kilomètres à la ronde.

   Alors oui, bien entendu, cette sortie est anecdotique. Oui, ce ne sont que deux petites reprises. Mais putain… Cassis Orange, Autumn, We Are Ex-Lovers… Ces gens auraient dû exploser la musique, redéfinir la pop, changer la vie de milliers de gens. Ils n’en ont jamais rien fait. Ils ont préféré faire leur route, et me laisser avec mes souvenirs et mes vidéos mal filmées.
Ces souvenirs, y a pas moyen que je ne les partage pas. Donc Cassis Orange. Donc Autumn. Donc We Are Ex-Lovers. Ecoute tout ça. Tout ce que j’ai à raconter est contenu dans leurs chansons.

   Tu peux télécharger gratuitement l’EP et les deux covers de Cassis Orange en allant sur son Bandcamp.
Et tu peux aussi regarder cette espèce de clip/interview qui illustre l’un des morceaux de l’EP :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :