Higley : « 4 Bit Man / That’s Not Me »

Poster un commentaire

29 novembre 2012 par Vincent

   Higley, c’est plus un projet qu’un groupe. Le projet d’un mec qui s’appelle Kevin Carl, et qui auparavant jouait de la guitare dans le groupe G-Whiz, aujourd’hui splitté.

En 2008, dans un probable moment d’ennui créatif, Kevin a voulu se remettre sur les saints rails du pop-punk, et s’est dit qu’il était temps de recréer un groupe. A l’époque il se trouve deux potes, et ensemble ils fondent Higley. Quelques chansons de cette première époque sont encore dispos à l’écoute sur leur page Myspace. MYSPACE, mon pote. Soooo 2008.

   Sans surprise étant donné leur background, l’ambiance est au soleil californien, au bruit des roues de skate et au pop-punk le plus traditionnel et le plus bandant. Il existe des milliers d’autres groupes comme Higley, et ils sont tous géniaux, à leur façon. C’est la musique qui me parle.

   Puis, entre 2008 et 2012, je sais pas trop ce qui se passe. Higley disparaît des radars (sur lesquels il n’a de toute façon jamais clignoté en rouge, hein, ce groupe n’a à aucun moment été promis au rang de « next big thing« , ça a toujours été un troisième couteau).
Et cet été, le groupe est réapparu.
Sauf que comme je le disais au début, Higley semble désormais être plus un projet qu’un groupe. Ken Conte, le batteur, a disparu de la photo, et Kevin, qui jusqu’ici chantait en plus de jouer de la guitare, semble avoir décidé de continuer à écrire des paroles, mais de ne plus les chanter.
Et pour boucher les trous (une discipline qui m’intéresse particulièrement, ces jours-ci, étant donné la présence d’une souris dans mon appart), Kevin a fait appel aux gens qui traînaient dans le coin à ce moment-là, et les a amenés en studio avec lui histoire d’enregistrer le résultat.

   Les gens en question, c’est Bob Hoag (de Pollen et The Go Reflex) aux backs, Bill Stevenson (de Black Flag, ALL et Descendents) à la batterie, Duane Kiener (des suscités G-Whiz) à la basse, et surtout… Kris Roe à la voix. Kris Roe, le chanteur de The Ataris. Mon héros personnel, dont j’ai déjà parlé y a pas bien longtemps.
Donc ouais, voilà : pendant qu’il se cachait, Higley est passé du rang de troisième couteau à celui de superband.

   Le résultat, c’est deux titres enregistrés en août dernier, « 4 Bit Man » et « That’s Not Me« , écrits et composés par Kevin Carl, et joués par la team suscitée.
Ces deux chansons ne révolutionnent absolument rien, et sont pourtant jouissives bien comme il faut. Plus jouissives que les extraits du prochain album de The Ataris, même, en fait. Ca va vite, et ça joue avec un sourire massif.
En à peine à trois minutes de durée cumulée, elles parviennent sans le moindre effort visible à offrir un résumé aussi clair que complet de ce qu’a pu être le pop-punk américain au milieu des années 90, le tout joué par des mecs qui ont connu l’époque, et qui en ont été des acteurs plus ou moins importants. Et qui, aujourd’hui, semblent avoir décidé d’offrir un petit lifting sonore à ce style qui ne m’a jamais déçu.
Ca rappelle vachement le tout premier album des Ataris, « Anywhere But Here« , les Descendents, les Gamits, Screeching Weasel, tout ça tout ça. C’est de la grosse came, quoi.

   Si toi aussi t’as envie de te la donner « back to the future », tu peux aller sur leur page Bandcamp, où les deux titres sont écoutables et téléchargeables gratuitement. Je doute que tu puisses le regretter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :