Geoff Rickly : « New Sympathies »

Poster un commentaire

23 novembre 2012 par Vincent

   Il y a un an quasiment jour pour jour, Thursday annonçait son split. Le groupe laissait derrière lui une discographie irréprochable, l’une des seules de la troisième vague emo à être totalement défendable, jamais moquable pour quiconque serait de bonne foi.

   L’une de mes discographies favorites, également Depuis mes premières écoutes de « Full Collapse« , jamais je n’ai abandonné le groupe, jamais je n’ai pu me passer de leur musique plus de quelques semaines. Il s’y trouve un imaginaire urbain, hivernal, chaleureux et désespéré à la fois, qui parvient à mêler revendications d’urgence et nostalgie sépia, dans un univers assez inédit qui finalement ne ressemble pas à beaucoup d’autres groupes. Dans les paroles, mais aussi dans les compos souvent assez prodigieuses des musiciens, qui se payent sur la plupart des morceaux des moments de bravoure frénétique.
Mais bon, ça va, je vais pas refaire une énième fois l’épitaphe du groupe, je suis pas là pour ça. Au pire, si vraiment vous ne connaissez pas, déjà, vous êtes d’office à ajouter sur ma liste noire, et ensuite, vous n’avez qu’à regardez ce clip et on passe à la suite :

   La suite, c’est qu’après un an passé sans trop donner de nouvelles, Geoff Rickly, le chanteur du groupe, revient dans la lumière et balance son premier disque solo.
Enfin. Faut s’entendre sur la notion de « disque », déjà : parce que ce « New Sympathies » s’appelle également « Mixtape #1« , à en croire le dossier .zip dans lequel vous le trouverez.
Fichier .zip, oui, parce que « New Sympathies » n’est dispo que sur internet, en dématérialisé. Vous pouvez le télécharger gratuitement sur le site de Geoff ou sur sa page Bandcamp. Je vous remettrai un lien en fin de critique, de toute façon, pour que ce soit plus simple, parce que sinon après vous m’envoyez des mails de plainte disant qu’on trouve pas les liens dans mes articles.
Et pour finir de se poser la question de la pertinence du mot « disque » concernant « New Sympathies« , je dois ajouter que ce dernier ne contient que sept pistes, dont deux sont des instrumentaux assez courts.

   Mais peu importe, en vrai. Parce que sous ses aspects de démo artisanale sortie à la va-vite pour faire plaisir aux copains, il y a dans ces sept titres une promesse, et la confirmation que Geoff Rickly est toujours dans le coin.
Déjà responsable d’une partie de la composition sur les albums de Thursday, il se démerde ici tout seul, à la guitare, au piano, aux effets et à la voix, et livre une espèce de journal intime musical, un ensemble sonore plus proche du carnet de notes écrit à une heure du mat, seul dans sa chambre, que d’un EP solo classique.

  Musicalement, ça ne se départit pas complètement de ce qu’il faisait avec son groupe (sa voix, de toute façon, je l’ai trop fumée sur les disques de Thursday, passés des milliers de fois dans mes oreilles, qu’il m’était impossible de ne pas faire le lien), ce qu’il propose ici pourrait même presque passer pour des « titres chelous » de son ancien groupe. Des pistes bizarres, lo-fi et post-rock, qui n’auraient pas été intégrées aux albums faute de cohérence. Ce n’est pas ce qu’elles sont, hein, factuellement, c’est juste l’impression que ça me donne.

   Parce que factuellement, ce disque a été composé peu de temps avant d’être mis sur internet. Geoff l’a enregistré pendant que le récent ouragan Sandy s’amusait avec l’état où il vit, le New Jersey. Enfermé tout seul chez lui avec des boîtes de conserves, il a fait ça pendant que la pluie frappait ses fenêtres. J’aime bien cette image.
D’ailleurs, pour rester trois secondes sur Sandy, Geoff encourage les types qui voudraient lui filer du fric pour le disque à plutôt balancer leurs pesos à la Croix Rouge. Vu la confidentialité du disque et du mec, on peut imaginer que le geste est sincère.

   Alors ouais, ce disque n’est probablement pas destiné à marquer d’une pierre blanche l’histoire du rock indépendant, et je doute qu’on soit encore beaucoup à l’écouter d’ici quelques mois. Mais il n’est pas non plus sujet à hausser un sourcil dubitatif. « New Sympathies » est une bonne collection de chansons, tout à fait à même de donner un peu de sens à quelques moments quotidiens (je pense particulièrement aux fins d’après-midi en automne/hiver, ce disque colle carrément à ça).
Et puis surtout, c’est un signe de la main, un rapide texto envoyé pour nous dire « Je suis là. Je vais revenir. Laissez-moi le temps ».

   Ok, ça roule. Je lui laisse le temps qu’il faudra. Et si, parfois, il se sent de balancer des Mixtapes #2, #3, #4…  ce sera avec plaisir que je serai présent pour les écouter.

   En attendant cette très probable suite, vous pouvez déjà écouter ce premier effort sur sa page Bandcamp, et l’y télécharger gratuitement dans la foulée.
Vous pouvez également faire la même chose sur le site de Geoff.

   Ah, et aussi, voici un live de l’une des chansons du disque. Ne dites pas merci, je suis habitué.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :