Zippo : « Bûcheron »

1

11 novembre 2012 par Vincent

   J’aime pas trop trop parler de rap ici. C’est une musique socialement marquée, et j’ai toujours l’impression de ne pas avoir la légitimité pour en discuter, même tout seul. De faire le petit blanc de classe bourgeoise qui cherche à s’encanailler. Donc, généralement, j’en écoute un peu en secret, comme on se masturberait en essayant de ne pas trop y réfléchir.
Oui, l’analogie est chelou, mais j’ai la flemme d’en chercher une autre.

   Mais là, pas possible de passer sous silence la découverte que vient d’être pour moi l’EP « Bûcheron« , du Niçois Zippo. Découverts grâce à une récente critique du site l’ABCDR du son, les sept titres contenus sur ce disque virtuel sont autant de balles à se tirer dans la tête. L’univers du mec se rapproche tellement de mes obsessions personnelles que c’en est troublant : apocalypse, survivalisme, violence physique, armes, solitude, paysages nocturnes ou en ruines… Niveau paroles, c’est la bande-son du livre que j’espère un jour écrire, déclamée avec un flow monotone et définitif. Et niveau musical, ça sent le brouillard, les insomnies, l’ampoule nue, la solitude et la mauvaise santé. Les instrus sont à la fois organiques et lointaines, comme filtrées par un écho embrumé qui fond en un monolithe unique les différentes influences sonores. A ce niveau ce n’est plus du désespoir, c’est de la résignation mâchoires serrées. Noir nuit, de A à Z. Disque parfait pour survivre à l’hiver qui s’annonce.

   « Bûcheron » ne contient ni les meilleures paroles du rap français, ni ses meilleures instrus, mais il y a ici une cohérence, une densité, que j’ai rarement entendues. C’est un disque qui parle de la fin du monde, du retour à la nature, et de comment s’en sortir, physiquement, dans une France post-apocalyptique. Mad Max en banlieue parisienne. Les barres HLM reconquises par le lierre et la mousse. Les autoroutes craquelées qui s’ouvrent vers les abîmes, la pluie acide permanente et, pour citer le dernier (et génial) titre du disque, « des singes dans la Tour Eiffel« .
On est donc loin des figures imposées du style, et l’absence quasi-totale des thèmes habituels du rap prouve que Zippo ne cherche pas à faire semblant. Il est juste là pour grogner son flow baveux et noir avant que, bientôt, l’horizon ne s’enflamme. Faire le bilan de l’humain et en écrire la conclusion.

   Une seconde absence étonnante, comparativement aux autres rappeurs que je peux connaître, c’est celle, elle aussi quasi-totale, des références culturelles. Les paroles tissent, mot après mot, un univers assez unique, très peu référencé, sans clins d’oeil lancé à droite à gauche. On n’a pas affaire à du « rap de cité« , ni à du « rap de geek« , ni à aucun « rap de« , en fait.
Le rap a été choisi par Zippo probablement par goût personnel pour le style, mais ce à quoi il l’utilise est nouveau, seul à occuper ce terrain. Il n’y a guère que le titre éponyme, « Bûcheron« , qui revienne un peu vers un terrain connu, à savoir l’egotrip, ici placé sous le signe d’une hache dont la lame se balance au-dessus des scalps à arracher.

   « Bûcheron » ressemble à une lettre d’adieu envoyée à l’humanité. J’imagine bien Zippo arrêter là, s’installer seul dans un chalet en montagne, avec sur ses genoux un fusil, et attendre en le graissant que vienne le jour où il lui faudra s’en servir.
Ou alors il peut sortir un album. Ce serait pas mal aussi.

   En attendant, tu peux te faire toi-même une idée de la tuerie en téléchargeant gratuitement l’intégralité de l’EP sur le site de son collectif, Le Pakkt.

Publicités

Une réflexion sur “Zippo : « Bûcheron »

  1. zo. dit :

    Salut,

    bien vu l’absence de références, formulée à travers un non « rap de ».

    a++

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :