Face Tomorrow : « Move On »

Poster un commentaire

5 octobre 2012 par Vincent

   Face Tomorrow est un groupe avec lequel j’entretiens une relation un peu bizarre. Je les écoute depuis leur premier album (sorti en 2002), j’ai suivi toute leur carrière à peu près en temps réel, et j’ai toujours aimé ce qu’ils sortaient. En fait, j’ai même fait plus que l’aimer, j’ai eu les larmes aux yeux et les poings serrés grâce à la plupart de leurs chansons.
Pourtant, par une anomalie que je ne m’explique pas, je n’ai jamais le réflexe de les foutre dans mes pourtant incessants classements genre « mes dix groupes favoris de tous les temps« , alors que leur omniprésence dans mes baladeurs successifs et les émotions qu’ils m’ont procurées le justifieraient amplement.
Un oubli répété qu’il me faut corriger ce soir, avant qu’il ne soit trop tard.
Parce que Face Tomorrow a décidé de se séparer. Le divorce sera effectif fin novembre, après une dernière tournée d’adieu aux Pays-Bas, leur contrée d’origine.

   Face Tomorrow c’est quatre albums, sortis entre 2002 et 2011, un son et une tonalité assez proches de ceux d’un Thursday (autre groupe céleste qui appartient désormais au passé), un chanteur, Jelle, capable de monter très haut sans jamais laisser passer de mièvrerie, et une carrière sans faux-pas, qui se termine donc avec leur dernier album en date, l’éponyme, qui se trouve également être le meilleur de leur discographie. Pour ceux qui ne l’auraient pas déjà, je ne peux que les encourager à en faire l’acquisition. Qu’ils me fassent pas croire qu’ils ont mieux à faire de leur monnaie.

   J’ai fait la connaissance de ce groupe comme tout le monde, avec leur premier single « Worth The Wait« , dispo sur une compile à trois euros que j’avais à l’époque achetée au Virgin des Champs-Elysées. Autre temps, autres moeurs, on pouvait encore trouver ce genre de trucs là-bas, ouais.
J’ai aimé. Beaucoup.
J’ai acheté le premier album, « For Who You Are« .
J’ai aimé. Beaucoup.
Et ainsi de suite jusqu’à aujourd’hui.
Combien de groupes découverts en 2002 sont encore dans mon lecteur mp3 aujourd’hui ? C’est une question que j’ai déjà posée ici à propos d’un autre groupe, mais peu importe, elle reste valide. La musique est au centre de mon quotidien, elle est la béquille sur laquelle je fais quasiment tout reposer.
Conséquence ou paradoxe de cela je ne sais pas, mais chez moi les disques et les groupes s’enchaînent relativement vite. J’aime découvrir des choses, j’aime savoir ce qui se passe, qui sont les nouvelles têtes, ou vont les nouveaux sons, à quoi ressemblera ma bande-originale quotidienne de demain. Alors forcément, dans mes oreilles, ça vient, et puis ça va, généralement.
Ceux qui restent à mes côtés sont rares. Face Tomorrow en fait partie.

   Je me souviens d’avoir été les voir en concert sur une péniche parisienne, il y a quelques années. De ce que je sais, il est fort possible que ça ait été leur seul concert parisien. J’étais venu seul, sans potes ni rien, et ça m’a permis de vraiment me lâcher, de chanter en choeur toutes les paroles, sans peur de devoir me justifier par un sourire gêné ou quoi. J’étais au premier rang, dans une salle pas bien grande, entouré de gens heureux d’être là malgré la pluie dehors et les proprios qui ont écourté le set au bout d’une dizaine de titres. Je chantais, je levais les bras, je souriais, et à la fin, sans que je dise rien, le chanteur m’a remercié d’un signe de tête et d’un sourire. Je devais avoir genre vingt ans, et ça m’a fait très plaisir.
Merde, qui je veux tromper ? Ca me ferait tout aussi plaisir aujourd’hui !

   Puis je les ai revus en avril dernier, au Groezrock Festival, en Belgique. Cette fois j’étais avec deux amis, mais du genre qui ne t’obligent pas à te justifier d’un sourire gêné lorsque tu chantes pendant un concert, alors tout allait bien.
C’était un concert acoustique, dans la plus petite tente du festival. Peu de gens dans le public, mais que des fans. Et que des fans heureux, même.
En reprenant en fin de concert leur titre-phare, « Sign Up« , le groupe a même réussi à faire slammer du monde sur une chanson acoustique. C’était fort, à tous niveaux.
Et peut-être que, déjà à l’époque, on savait tous que ça sentait la fin.
Parce que ces versions acoustiques étaient trop belles pour n’être qu’une interlude. Le groupe avait trop réussi à transformer l’émotion blessée et intime de leurs chansons d’origine en quelque chose de lumineux, plein d’espoir, presque joyeux. En un au revoir souriant. C’était déjà un concert d’adieu.

   Pour clore le livre, Face Tomorrow offre aujourd’hui un disque réunissant ces versions acoustiques, enregistrées en studio. Ca s’appelle « Move On« , c’est gratuit, et tu peux le télécharger ici.
Les fans y seront émus, de redécouvrir des titres connus sous un jour nouveau. D’assister à cette mutation dont je parlais : le groupe a réussi le tour de force de transformer des chansons tendues et électriques, suantes d’émotions désespérées, en titres acoustiques qui font sourire et donnent envie de marcher vers l’horizon et vers demain. D’habitude c’est plutôt le contraire qui se passe, l’acoustique donnant facilement un vernis dramatique à n’importe quelle chanson. Ces mecs déchirent.
Et puis ceux qui ne connaîtraient pas déjà le groupe ont là une porte d’entrée originale. Les dix titres de « Move On » sont parfaitement choisis, parfaitement revisités, et on parle là d’un des meilleurs disques acoustiques que j’ai écouté depuis longtemps. Vous pourriez même vous limiter à celui-ci, sans explorer leur discographie, que je serais déjà content de vous l’avoir fait découvrir.

   Je ne suis jamais vraiment triste lorsque l’un de mes groupes favoris se sépare, surtout lorsque c’est fait dans de bonnes conditions. Ses disques continuent à exister, et ses membres à vivre. J’attends de voir ce qu’ils feront de leur futur, et en attendant je peux réécouter leur passé. Tout va bien.
Tiens, t’as vu ? J’ai dit que c’était l’un de mes groupes favoris, cette fois !

   Je te remets le lien pour télécharger le disque.
Je te file aussi l’adresse de leur site officiel.
Et je te laisse avec une vidéo live d’une version acoustique de l’immense « Sign Up« . Si t’aimes pas, je te laisse toute liberté de crever la bouche ouverte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :