Rolo Tomassi : « Eternal Youth »

Poster un commentaire

5 septembre 2012 par Vincent

   HORSE the band. HORSE the band et leur monumental documentaire « Earth Tour« . Un film de plus de onze heures, qui retrace en détails une tournée mondiale que le groupe a faite il y a maintenant quelques années.
On pouvait y voir, lors de quelques-unes des dates de cette tournée béhémothienne, les cinq demi-dieux du HORSE faire scène commune avec un groupe anglais dont je n’avais alors jamais entendu parler. Rolo Tomassi, que ça s’appelait. Et pour une fois, HORSE the band en disait le plus grand bien, alors qu’ils sont en général jamais les derniers à cracher sur tous les groupes qui passent.
Il y avait une chanteuse qui avait l’air d’avoir quinze ans et d’aimer collectionner les photos de poneys et dessiner des coeurs dans son cahier. Sauf que le groupe crachait une musique forgée dans les flammes de l’enfer, à n’en pas douter. Un truc bruyant, insupportable, strident, évoquant plus les bruits quotidiens d’une usine de sidérurgie que des instruments de musique. C’était comme si on venait me murmurer une berceuse à l’oreille pour calmer ma douleur.

   J’ai mis du temps, quand même. Direct après ma première vision de « Earth Tour » j’ai checké les Anglais sur internet, histoire d’en savoir plus. Pas la peine de mentir, le visage angélique d’Eva Spence, la chanteuse, a été pour beaucoup dans ces recherches initiales. Mais je n’étais pas, à ce moment-là, dans un état d’esprit me permettant d’apprécier Rolo Tomassi. C’était l’hiver, je me noyais dans le taf, et je n’avais aucune envie de me concentrer sur la musique sortant de mes écouteurs. Plutôt de me laisser porter par elle.
Or, la musique de ces gosses demande de l’attention, des efforts. Parce que ça part dans tous les sens. Free-jazz, hardcore, metal, acoustique, punk… Y’a de tout, chez eux, et souvent dans la même chanson. Parfois les titres font quarante secondes, parfois ils font dix minutes. Faut s’accrocher dans les deux cas pour suivre ce qui se passe, c’est jamais évident. Les instruments sont souvent difficiles à identifier tellement ça grince et hurle. C’est une putain de tempête de feu permanente.

   Non, j’étais pas dans de bonnes dispositions pour eux, à l’époque.
Je le suis aujourd’hui.
Sauf que j’ai commencé ma deuxième exploration de leur discographie par ce monumental « Eternal Youth« , sorti l’année dernière. Une compilation boursouflée (36 titres, mon gars, dont des remixes, des versions acoustiques, et une chiée de raretés) qui explose encore plus comme une grenade à fragmentation que leurs albums « normaux ».
Mais c’était pas une mauvaise idée, je crois. Cette compile regorge de tellement de trucs que j’ai beau l’avoir écouté déjà une vingtaine de fois, j’ai encore l’impression de n’en être qu’à la surface du truc. J’adore cette sensation de me trouver face à une montagne vierge qui ne demande qu’à être grimpée.
Ce disque est complètement ouf, le groupe qu’il abrite aussi, et je crève d’envie de mieux les connaître. Je vais m’y atteler, avec sérieux, abnégation et humilité. Parce que c’est pas tous les jours que je découvre un groupe qui n’est pas juste « mortel », mais potentiellement destiné à entrer dans mon panthéon personnel.

   Si tu veux m’accompagner dans cette exploration, tu peux déjà écouter ce titre, « I Love Turbulence« , qui n’est pas issu de la compile, mais qui y est remixé deux fois :

   Et puis après, tu pourras acheter le disque ici. Et aussi aller sur leur site internet, qui est là.
Tu me feras également le plaisir de noter qu’ils s’apprêtent à sortir un véritable nouvel album. Genre dans deux mois. Faut qu’on se dépêche de connaître leur discographie, putain !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :