Télémaque : « La Haine Ordinaire »

Poster un commentaire

28 juillet 2012 par Vincent

  Deuxième EP pour Télémaque, le rappeur déprimant originaire de Metz.
Le premier, « Groupie« , sorti il y a un an, m’avait fait forte impression. Seulement cinq titres, mais une rage dépressive qui sentait les clopes fumées en solitaire à deux heures du mat, la colère urbaine d’une partie de ma génération, et l’impression que rien n’avait de sens et n’en aurait jamais. Qu’il n’y avait au final que la solitude et la nuit.

   Mais la vérité, c’est que si j’avais apprécié ce disque, je ne l’avais pas tant écouté que ça, au final. Il lui manquait quelque chose pour revenir de manière régulière dans mes oreilles. Un son décent, peut-être. Quelques tubes, aussi. Des punchlines plus percutantes, je ne sais pas. L’esprit général du disque me parlait, mais l’exécution m’avait rapidement laissé un peu indifférent.

   Ce n’est pas le cas avec ce disque. Je l’ai, sous forme virtuelle, depuis maintenant deux ou trois mois, et je l’écoute encore régulièrement, généralement dans le métro. C’est bon signe, ça, non ?
Au moment où le Klub des Loosers revient avec un album pour le moins décevant, ça fait plaisir de voir qu’ailleurs, ça se passe aussi. Qu’il y a toujours une place dans le rap pour les dépressifs vénères et assumés. Et qu’en plus, grosse différence d’avec le groupe suscité, ça rappe vraiment.
La technique de Télémaque s’est en effet affinée, son flow est plus rapide et puissant, ses textes aussi, et si c’est pas encore la plus grande plume du rap français, certaines phrases font mouche dès la première fois, notamment dans le titre « Le goût du Coca sans bulles« , clairement le meilleur morceau de ce second EP.

   D’ailleurs, c’est peut-être le seul vrai défaut de ce disque : avoir balancer d’entrée de jeu ses deux meilleurs morceaux. Une intro grandiose et ce Coca sans bulles invincible. J’ai tendance à appuyer en permanence sur repeat pour me les passer en boucle. C’est dommage, parce que les cinq autres morceaux de « La Haine Ordinaire » sont presque aussi bons (mention spéciale pour le morceau « Confettis« , qui s’éloigne un peu du rap au son d’une guitare acoustique balancée par le groupe The Yokel).
Par contre, ce disque n’a pas le défaut habituel des EP, et parvient en seulement sept titres à ne pas être monobloc. Les ambiances s’enchaînent, les thèmes aussi, et si on n’est jamais du côté ensoleillé de la vie, les points de vue sur « l’autre berge » sont multiples, dans les textes comme dans les sons.

   A noter que Télémaque a fait, il y a peu de temps, la première partie d’Orelsan. Je ne sais pas si c’est un gage de succès, mais ça en a la gueule, en tout cas. Aucune idée de ce que l’avenir réserve à ce messin à dreadlocks, mais ce serait pas mal cool qu’il devienne un peu connu. Comme ça, quand il sera en heavy rotation, je pourrai balancer, laconique, un « Télémaque ? Ouais, je l’écoute depuis son premier EP, c’est pas mal…« .
J’aimerais bien. Et si vous vous mettez à l’écouter maintenant, vous aussi, vous pourrez le faire.

Pour écouter, y’a sa page Bandcamp.
Et pour acheter, ça se passe chez Kito Kat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :